Partager :

Selon un rapport de l’OCDE, près de 60 % des médecins israéliens sont formés à l’étranger, ce qui est bien supérieur à la moyenne de 18 % au sein de l’OCDE. Cette situation s’est encore aggravée car Israël a limité le nombre de pays dont les programmes médicaux sont reconnus par le Conseil de l’enseignement supérieur.

« La pénurie de ressources humaines dans le système de santé est un problème national qui a été négligé pendant des années, et aujourd’hui, la plupart des étudiants en médecine étudient à l’étranger.

La prochaine fermeture des programmes américains en Israël ne permettra pas de remédier entièrement à la pénurie de médecins qui se profile en Israël, ni de réduire considérablement le nombre d’étudiants en médecine israéliens inscrits à des programmes à l’étranger.

Cependant, Horowitz a déclaré que des plans étaient également en cours pour augmenter le nombre de places disponibles dans les programmes médicaux israéliens par d’autres moyens.

« Cela fait partie d’un effort plus large que nous déployons pour nous attaquer à la racine du problème », a déclaré le ministre de la Santé.

La pénurie a généralement été attribuée à l’incapacité d’accueillir les étudiants en médecine dans les hôpitaux, et non dans des salles de classe.

L’année prochaine, les écoles de médecine israéliennes pourront accueillir un peu moins de 1 000 nouveaux étudiants, soit 70 de plus que l’année précédente.

TIMES OF ISRAEL.

Partager :