Partager :

EDITORIAL. En juin 2021, le Conseil européen de la sécurité routière a publié un rapport mesurant le succès des pays dans la réduction des décès dans les accidents de la route sur une décennie et est Israël a été classé 30eme sur 32 pays !

Le rapport du Conseil européen de la sécurité routière de juillet 2022 place à nouveau la Norvège en premier lieu avec une réduction de 52% du nombre de décès, à cette époque la réduction en Israël était de 5%. Dans ces chiffres, 14,8 décès par million d’habitants en Norvège contre 38,5 décès en Israël – une énorme différence

Quelle était donc la grande différence entre les autres pays et Israël ?

À quel moment la Norvège, le Portugal et la Grèce ont-ils creusé un écart aussi important et réussi à réduire de 50 % ou plus le nombre de personnes tuées dans des accidents de la route ?  La réponse simple est : des plans de travail complets en matière de sécurité routière.

Mais surtout ils ont commencé à enquêter sur les accidents de la circulation même lorsqu’il n’y avait pas de victimes impliquées. 

En Israël, les accidents de la circulation qui font l’objet d’une enquête sont ceux dans lesquels il y a des victimes, une enquête qui est menée par la police et aussi à travers le prisme suivant : « Est-ce que quelqu’un est coupable ? Peut-on porter plainte ? » mais jamais  pas « comment aurions-nous pu empêcher cet accident ».

Les pays qui ont décidé que la lutte contre les accidents de la route est une tâche nationale ont travaillé selon des plans réguliers. Des programmes ont également été présentés en Israël. C’est ce qui s’est passé ces dernières années : ils ont été présentés au ministre des Transports Bezalel Smotrich en 2019 par Haralbad, ils ont été présentés à nouveau en novembre 2020 sous la forme des grandes lignes du projet de plan, à nouveau le 8 novembre par le ministre des Transports de l’époque, Miri Regev.

Mais peu de temps après, le gouvernement s’est dissous, sans gouvernement, sans budget, sans budget, le plan ne vaut pas le papier sur lequel il est imprimé.

La mise en place du 36e gouvernement n’a pas non plus apporté de changement, encore une fois le plan a été tracé, encore une fois sans prévision budgétaire et certainement sans la définition des sources budgétaires.

Pourtant un plan quinquennal pour la sécurité routière a été lancé (à nouveau) sous la direction du ministre des Transports Merav Michaeli.

Encore une fois, les objectifs présentaient une réduction de 50% du nombre de victimes générales, la réduction des dommages économiques qui s’élèvent actuellement à 15,76 milliards de shekels à moins de 10 milliards de shekels, la position d’Israël dans le top 5 des pays au monde en matière de réduction des routes les accidents.

Le plan détaille les points de risque, une longue liste de partenaires, abordant les questions essentielles d’amélioration de la sécurité -Alors que manque-t-il ?

L’argent. Parmi les ministères gouvernementaux partenaires du programme, celui responsable de l’allocation du budget – le ministère des Finances – est absent.

Ainsi, l’Autorité nationale de la sécurité routière peut se vanter de nominations et de présentations de plans appropriées, mais après des années sans budget et de pouvoirs en baisse, elle n’est devenue rien de plus qu’un bras publicitaire.

Entre les deux, il y a aussi ceux qui essaient. Le député Boaz Toporovski (Yesh Atid), président de la sous-commission de la sécurité routière, frappe à toutes les portes depuis des années pour tenter de stimuler la politique dans ce sens.

La réactivité est honteuse. Il appelle à un besoin aigu de changer la politique, de formuler un plan pluriannuel. Il se bat pour chaque réunion du comité qu’il préside et demande des réponses aux responsables. Mais quand une personne mène le combat, vous vous rendez compte que le problème est dans tout le système.

Parce que même des réalisations telles que des rails de sécurité pour les motos, des baies de sécurité pour les véhicules lourds, l’ajout d’agents de sécurité et plus encore sont de petites étapes par rapport à l’énorme écart avec les autres pays, en Israël nous sommes face à l’indifférence totale.

Prenez le projet de radar A3, qui est né dans un mensonge,et qui a été enterré comme il le méritait.. Des dizaines de millions ont été investis dans un projet dont l’ampleur de la contribution à la diminution des accidents de la circulation n’a jamais été mesurée.

La construction et le placement des caméras ont été faits en 2011-2012, ils n’ont pas réduit le nombre de morts. Bien que l’année 2012 ait été l’une des années avec le moins de morts sur les routes (290), il semble cependant qu’il s’agisse d’une exception momentanée, puisque depuis lors, les chiffres n’ont cessé d’augmenter.

Dans les endroits où la vitesse est un facteur critique – dans les villes – l’activité d’application de la loi dans ce domaine est marginale, voire inexistante. Une réforme de la formation des conducteurs de poids lourds a été mise en place mais souffre d’une mauvaise mise en œuvre.

Les chauffeurs d’autobus travaillent bien au-delà de ce qui est approprié pour assurer un niveau de sécurité adéquat en raison d’une pénurie de chauffeurs. Les conducteurs sans permis comme Ali Alatresh, 24 ans, de la diaspora bédouine, qui a tué Anat Tal-Katelab et Nitzan Moshe dans un accident sur la route 6, ne sont pas traités durement et de manière décourageante par les tribunaux.

Des voleurs de voitures qui sont responsables du meurtre de feu le policier Barak Meshulam et dans une autre affaire de feu Gabriel Barda dont l’audace s’accroît au vu des décisions clémentes de la justice.

Et même dans la conduite de tous les jours, où l’on vous coupe la pour voie, ou conduite sur la voie de gauche, ou  ne pas utiliser de clignotant, dépasser sur une ligne de séparation continue, brûler un feu rouge et plus encore tout cela n’est pas géré par la police et s’ajoute à la dure réalité de ta vie,

Nous sommes au seuil d’une campagne électorale. Ils essaieront de vous vendre des menaces de l’Iran, de Gaza et de la Cisjordanie, des intimidations du système judiciaire, des histoires de conspirations – ce ne sont pas des bêtises, mais près de là, ce que vous devriez demander à l’homme politique qui vous demandera votre vote, c’est sur le risque que votre enfant soit renversé par une voiture conduite par une personne sans permis, à une vitesse excessive en ville, par un camion dont le chauffeur est au volant depuis 10 ou 12 heures, ou par un chauffeur de bus épuisé.

Depuis trop d’années maintenant, la question de la sécurité routière est une note secondaire dans les affaires de ce pays.

COPYRIGHTS. 1.alliancefr.com

 

Partager :