Partager :

Le Shin Bet et Tsahal rattrapent les terroristes à une vitesse remarquable. Une réussite que l’on doit en partie, aux nouvelles technologies déployées par les forces de sécurité israéliennes. La lutte anti-terroriste se perfectionne.

Au cours des dernières années, le temps nécessaire pour détecter, arrêter ou assassiner des terroristes s’est considérablement raccourci. Mais comment faire pour mettre la main rapidement sur les auteurs d’attentats ? Cela s’explique en partie par l’utilisation de méthodes traditionnelles telles que l’interrogatoire de témoins et le renseignement humain. Mais un facteur majeur est le déploiement d’un réseau de divers dispositifs technologiques. Ils peuvent collecter de grandes quantités d’informations visuelles en temps réel.

Cela comprend des caméras et d’autres appareils de numérisation qui ont été installés dans toute la Judée-Samarie, ainsi qu’un logiciel de reconnaissance faciale de pointe et une intelligence artificielle qui, dans les bonnes circonstances, peuvent identifier les terroristes dans les minutes qui suivent un incident.

Une méthode à mettre en œuvre rapidement.

Ces informations peuvent être traitées par des systèmes informatiques. Elles fournissent une analyse du terrain, des voies d’évacuation possibles et d’autres informations permettant une poursuite et une arrestation rapides.

C’est ce qui permet aux services de sécurité de localiser et d’arrêter les terroristes si rapidement. Pourtant, certains des suspects parviennent souvent à s’enfuir à une distance substantielle du lieu de l’attentat

L’armée israélienne et le Shin Bet coopèrent étroitement dans ces efforts, plus qu’ils ne l’ont fait par le passé. L’objectif est de mettre en commun les renseignements et d’opérer rapidement. Dans de telles circonstances, toute erreur commise par les terroristes peut souvent conduire les enquêteurs à eux en peu de temps.

David Sebban

coolamnews.com

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication.

Partager :