Partager :

La pollution atmosphérique industrielle dans la baie de Haïfa a augmenté le risque de cancer de 7 à 16 %

Une nouvelle étude israélienne met en évidence un lien entre l’exposition environnementale à la pollution atmosphérique industrielle dans la baie de Haïfa et l’incidence du cancer entre les années 1967 et 2012, soit durant les décennies précédant l’entrée en vigueur du plan national de réduction de la pollution de l’air dans la zone.

Au cours de ces années, selon l’étude menée conjointement par l’Université hébraïque, l’hôpital Hadassah, le Technion et le Centre national de contrôle des maladies du ministère de la Santé, l’exposition à la pollution atmosphérique industrielle dans la baie de Haïfa a augmenté le risque de cancer de 7 à 16 %, ces taux de morbidité se manifestant dans divers types de cancer, notamment le cancer du sein, du système nerveux central, de la tête et du cou, la leucémie, les mélanomes et le cancer de la thyroïde.

En mars 2022, le gouvernement israélien a approuvé la décision d’arrêter l’activité pétrochimique dans la baie de Haïfa d’ici une décennie, et l’avancement d’un plan de développement des infrastructures et des moteurs de croissance économique dans la baie. La décision a été prise sur la base d’un rapport demandé par le ministère de la Protection de l’environnement et le bureau du Premier ministre sur la question.

La recherche menée sous la direction du scientifique en chef du ministère de la Protection de l’environnement, a examiné la relation entre la pollution atmosphérique industrielle et l’incidence du cancer, de l’asthme et d’autres maladies atopiques (allergiques) dans la baie de Haïfa.

L’exposition à la pollution atmosphérique industrielle dans la baie de Haïfa a été évaluée par un modèle d’exposition construit pour les besoins de cette étude, basé sur les données de dioxyde de soufre des stations de surveillance en 2002-2004, dans des zones où ces concentrations pourraient être largement attribuées aux émissions d’origine industrielle.

Les liens trouvés dans l’étude entre la pollution atmosphérique industrielle dans la baie de Haïfa et l’incidence du cancer sont cohérents avec un effet causal de la pollution atmosphérique industrielle dans la baie de Haïfa sur le risque de ces maladies, conformément à ce qui est recensé dans la littérature scientifique.

Sur 45 ans, 47.129 participants ont reçu un diagnostic de cancer, avec un taux d’incidence brut de 142,8 cas pour 100.000 personnes dans le groupe non exposé – résidents du reste du pays – et 171,5, 171,7 et 174,8 cas pour 100.000 personnes dans les groupes d’exposition faible, moyenne et élevée dans la baie de Haïfa, respectivement.

Le cancer le plus courant dans l’ensemble de la population, ainsi que dans la population de la baie de Haïfa, était le cancer du sein chez la femme, suivi du mélanome. Chez les hommes, le cancer le plus courant concernait les organes reproducteurs. Le risque accru de certains cancers peut indiquer que l’exposition à la pollution atmosphérique industrielle dans la baie de Haïfa contient plusieurs substances chimiques qui agissent dans différents mécanismes biologiques pour augmenter le risque de divers cancers.

Cependant, il convient de noter que les chercheurs n’ont pas eu la possibilité de prendre en compte des facteurs pouvant également être importants dans le développement du cancer, tels que le tabagisme ou toute exposition professionnelle pertinente.

i24NEWS. COPYRIGHTS.

Partager :