Partager :

EDITORIAL. Hier, lors de la victoire de l’équipe israélienne, une certaine presse a tout fait pour rayer le mot Israël lors des reportages. Le vainqueur est Canadien, et cela suffit! Rien pour raconter les exploits de l’équipe israélienne. Sur Instagram de nombreuses photos, mais sans que le mot Israël y figure. La télévision israélienne qui a saluée la victoire israélienne au Tour de France n’a pas parlé de cette presse nauséabonde… pour ne pas gâcher la victoire.

Le titre du Times of Israel sauve l’honneur de la presse : « Première victoire d’étape sur le Tour de France pour l’équipe Israel-Premier Tech. Le cycliste australien Simon Clarke a remporté mercredi la cinquième étape du Tour de France entre Lille et Arenberg, au terme d’un sprint et d’une course haletants ».

Le journal L’Equipe (toujours ouvert et positif vis à vis des sportifs d’Israël) a bien mentionné le nom de l’équipe, ISRAEL-PREMIER TECH, mais pas dans son titrage! Le texte de L’Equipe :  » À Foix, le Canada exulte. Hugo Houle a remporté en solitaire la 16e étape du Tour de France entre Carcassonne et Foix, ce mardi. C’est la deuxième victoire d’étape canadienne dans l’histoire du Tour de France après celle de Steve Bauer en 1988. Il devance Valentin Madouas et Michael Woods. »

IsraelValley a décidé d’envoyer aux mécréants racistes une belle claque virtuelle. (DR)

LE PLUS. www.letour.fr

En rachetant la licence WorldTour de l’équipe Katusha, Israel Start-Up Nation s’est ouvert les portes du Tour de France en 2020 après avoir disputé son premier Grand Tour en 2018, le Giro d’Italia, parti d’Israël selon le bon vouloir de l’un des propriétaires de l’équipe cycliste, Sylvan Adams. Québécois devenu cycliste à quarante ans passés, fils de Marcel Adams, survivant roumain de l’holocauste ayant migré au Canada et prospéré dans l’immobilier, il a fait son « aliyah » (immigration d’un juif en Israël) en 2015 et rejoint les deux fondateurs de la Cycling Academy Team initialement parrainée par Peter Sagan : Ron Baron, autre milliardaire fan de vélo, et Ran Margaliot, coureur dans l’équipe Saxo Bank-Tinkoff Bank en 2012 et premier manager de la formation devenue Israel Cycling Academy puis Israel Start-Up Nation.

Un troisième propriétaire, Kevin Lam, Canadien lui aussi, incubateur de start-up (Reinvent.com), ayant rejoint Ron Baron et Sylvan Adams, se revendique comme « un ambassadeur d’Israël et de la paix dans le monde ». Outre le départ du Giro 2018 et la mise en place du centre de formation de coureurs cyclistes israéliens (Guy Niv en 2020 et Omer Goldstein en 2021 sont devenus les premiers Israéliens à disputer le Tour de France), elle a fait sortir de terre un vélodrome olympique à Tel Aviv, qui sert aussi de quartiers généraux à l’équipe.

Cosmopolite depuis ses débuts et habituée à courir sur tous les continents, elle s’est spécialisée dans le recrutement de prestigieux coureurs proches de la retraite : le sprinteur André Greipel (5e sur les Champs-Elysées l’an passé pour la clôture de son histoire avec le Tour de France), le grimpeur irlandais Dan Martin (5e à Luz Ardiden avant de se retirer des pelotons lui aussi), et surtout Chris Froome, toujours en quête d’un retour au plus haut niveau après son terrible accident du Dauphiné 2019. Le quadruple vainqueur du Tour a découvert la popularité dans le gruppetto l’an passé. Le meilleur résultat d’Israel-Start Up Nation sur le Tour 2021 a été la troisième place de Michael Woods au Grand Bornand. Le Canadien a porté une journée le maillot à pois dans les Pyrénées. Cette escouade de trentenaires a été rejointe, pour 2022, en même temps que le sponsor Premier Tech, par le Danois Jakob Fuglsang, 37 ans, double vainqueur du Critérium du Dauphiné en 2017 et 2019.

Partager :