Partager :

L’écosystème israélien, connu sous le nom de « la start-up Nation », est connu pour développer des solutions innovantes dans la high tech et a également pris conscience que notre planète est unique. Afin de limiter les effets de l’Homme, celle-ci a développé des solutions afin de vivre en symbiose avec elle.

Que développent les start-up israéliennes pour préserver notre environnement et notre bien-être ?

Des énergies renouvelables ou faisant appel à la nature ont vu le jour. Le vent peut ne pas souffler et le soleil ne pas briller, mais les vagues sont assez constantes. Selon certains scientifiques, l’énergie des vagues est une source d’énergie renouvelable non seulement plus rentable mais aussi plus fiable que le soleil ou le vent. Et peu d’entreprises ont adopté l’idée de produire en masse de l’énergie utilisant l’énergie houlométrique, contrairement à la société israélienne Eco Wave Power (EWP).

Depuis sa création en 2012, EWP a reçu de nombreux prix pour sa technologie, notamment le prix EnergyGlobe, considéré comme l’un des plus prestigieux au monde pour les technologies environnementales. La société a reçu sa dernière reconnaissance – en tant que « dispositif pionnier » – dans un prix remis par le ministère israélien des Infrastructures nationales, de l’Energie et des Ressources en Eau. Avec ce nouveau statut, EWP est éligible à un quota de production, à la connexion de sa centrale à énergie houlomotrice (énergie des vagues) et à la vente d’électricité au réseau électrique israélien. Ce serait une première. FORBES. COPYRIGHTS.

ALLEMAGNE. LES ECHOS COPYRIGHTS. Des algues pour capter le C02 et nourrir le bétail, des matériaux de construction recyclables et mille et une formes de financement pour les énergies renouvelables : les start-up « vertes » explosent en Allemagne.

Les nouvelles créations d’entreprises liées aux questions climatiques et à l’environnement ont progressé de 144 % l’année dernière, selon le selon le Startupdetector publié par le quotidien « Handelsblatt ».

« L’année 2021 a marqué un point d’inflexion pour les start-up liées au climat en Allemagne », confirme Yoann Berno, associé du fonds Climentum Capital, lancé le 5 juillet à Berlin avec l’ambition de financer 25 climate tech d’ici à quatre ans.

Placés devant le mur des ambitions européennes et allemandes de réduction des émissions de CO2 à l’horizon 2030, « les investissements vont exploser en 2025 et 2026 dans ce secteur », pronostique ce Français qui a rejoint il y a cinq ans la scène dynamique des start-up berlinoises .

LES ECHOS. COPYRIGHTS.

Partager :