Partager :

Les écovillages ont le vent en poupe en Israël. Par écovillage, on entend une communauté dont le modèle se fonde sur l’auto-suffisance et sur un mode de vie en harmonie entre l’être humain et la nature avec pour objectif le développement durable. Klil, Adama et Kadita font partie des grands écovillages renommés de Galilée. Les adeptes au retour à une vie plus saine et plus naturelle étant de plus en plus nombreux, il n’est guère étonnant que les listes d’attente pour intégrer ces villages s’allongent d’année en année.

Dans ces écovillages ainsi qu’aux alentours on trouve des points d’eau, des grottes, des pressoirs, des chevaux sauvages, des vaches et même des renards. Lorsqu’on se promène dans un de ces villages, on a l’impression d’avoir fait un bond en arrière d’un millier d’années.

Les jardins devant les habitations et les arrière-cours sont à l’état sauvage et certains sont même à flanc de montagne. Le silence est infiniment reposant et réparateur et, en l’absence de tout bruit de voitures, on écoute sans se lasser le bruissement du vent dans les arbres. La nuit, grâce à l’absence de réverbères et de lampadaires, seules les étoiles et la lune éclairent le ciel. Partout on trouve des arbres fruitiers, des vignes et une impressionnante quantité d’oliviers dont les fruits sont cueillis à la saison des récoltes.

De nombreux habitants ont de petites entreprises familiales qui vendent des olives en saumure et de l’huile d’olives. C’est d’ailleurs le seul gagne-pain de certaines familles. La terre étant préservée, les plantes sauvages prospèrent, éclaboussant les lieux de leurs magnifiques couleurs. Les villages fonctionnent tous à l’énergie solaire et la plupart des maisons ont été construites par les habitants eux-mêmes. Certains, dont des familles entières, vivent dans des yourtes.

/israelentreleslignes.com

Partager :