Partager :

Le syndicat national des chauffeurs de bus a annoncé la tenue d’une grève dans tout le pays, aux heures les plus critiques de la journée: entre 6h et 9h.

Inutile de préciser pourquoi ce sont les heures les plus critiques: les soldats qui étaient en permission pour Shabbat doivent regagner leur base, les élèves leurs écoles, les actifs leur lieu de travail.

Les chauffeurs menacent même de bloquer les routes. La raison de cette grève est le refus, selon le syndicat, de la ministre des Transports, Merav Mihaeli (Avoda), de les rencontrer afin d’augmenter leur salaire et les effectifs. Ils estiment qu’ainsi elle met en danger les chauffeurs et leurs passagers.

Le syndicat ajoute aussi que ces derniers temps, ils sont de plus en plus à craindre de prendre leur poste, car ils sont victimes de violences de la part de certains passagers.

L’armée s’est vue contrainte d’étaler le retour des soldats demain et a permis à certaines unités de ne rentrer qu’à partir de 10h ou de 11h. Certains soldats seront transportés dans des navettes affretées par Tsahal.

La grève concernera plusieurs villes dont Jérusalem (une partie des lignes inter-urbaines), Netanya (toutes les lignes), Ashdod (toutes les lignes). Les compagnies qui font grève sont: Electra-Afikim, Extra, Tnufa, Dan Beer Sheva, Beth Shemesh Express.

 

La ministre des Transports a publié un communiqué dans lequel elle se défend en énonçant tous les budgets qu’elle a débloqué en faveur des chauffeurs de bus. Concernant l’augmentation du salaire de ces derniers, elle renvoie la balle au ministère des Finances, qu’elle accuse de bloquer toute tentative dans ce sens.

/lphinfo.com

 

Partager :