Partager :

ISRAELVALLEY. C’est en 1998 qu’une micropuce a été implantée pour la première fois dans un être humain, mais ce n’est qu’au cours de la dernière décennie que cette technologie est devenue commercialement disponible. La société anglo-polonaise Walletmor affirme être devenue, l’année dernière, la première entreprise à mettre en vente des puces de paiement implantables. En Israël cette technologie n’est toujours pas appliquée, mais de nombreux israéliens s’y intéressent.

La puce de Walletmor, qui pèse moins d’un gramme et est à peine plus grosse qu’un grain de riz, est constituée d’une minuscule puce et d’une antenne enfermées dans un biopolymère – un matériau d’origine naturelle ressemblant à du plastique.

LE PLUS. SELON LA BBC. Patrick Paumen, un Néerlandais de 37 ans, fait sensation chaque fois qu’il paie quelque chose dans un magasin ou un restaurant. Il n’a pas besoin d’utiliser de l’argent liquide, une carte bancaire ou un téléphone portable pour payer. Au lieu de cela, il place simplement sa main gauche près du lecteur de carte et le paiement est effectué.

« Les réactions des caissières n’ont pas de prix », déclare Paumen, qui travaille comme agent de sécurité.

Il est capable de payer en utilisant uniquement sa main car en 2019, il s’est fait injecter une puce de paiement sous la peau. « La procédure est aussi douloureuse qu’un pincement de la peau », explique M. Paumen.

« L’implant peut être utilisé pour payer une boisson sur la plage de Rio, un café à New York, une coupe de cheveux à Paris – ou au supermarché local », explique le fondateur et PDG Wojtek Paprota. « Il peut être utilisé partout où les paiements sans contact sont acceptés ».

M. Paprota affirme que la puce est totalement sûre, qu’elle a été approuvée par les autorités réglementaires et qu’elle fonctionne immédiatement après avoir été implantée. Il ne nécessite également aucune batterie ou autre source. L’entreprise affirme avoir vendu plus de 500 puces.

La technologie utilisée par Walletmor est la communication en champ proche ou NFC – le système de paiement en champ proche des smartphones. D’autres implants de paiement sont basés sur l’identification par radiofréquence (RFID), qui est une technologie similaire à celle que l’on trouve couramment dans les cartes de débit et de crédit physiques par proximité.

Pour beaucoup d’entre nous, l’idée de se faire implanter une puce dans le corps est terrifiante, mais une enquête menée en 2021 auprès de plus de 4 000 personnes au Royaume-Uni et dans l’Union européenne a révélé que 51 % d’entre elles envisageraient de se faire implanter.

Toutefois, sans fournir de pourcentage, le rapport ajoute que « les problèmes de piratage et de sécurité restent une préoccupation majeure » pour les personnes interrogées.

Paumen affirme n’avoir aucune de ces préoccupations.

« Les implants à puce contiennent le même type de technologie que les gens utilisent quotidiennement, explique-t-il, qu’il s’agisse de porte-clés pour déverrouiller les portes, de cartes de transport public comme la carte Oyster [les transports publics de Londres] ou de cartes bancaires avec une fonction de paiement sans contact. »

« La distance de lecture est limitée par la petite bobine d’antenne à l’intérieur de l’implant. L’implant doit se trouver dans le champ électromagnétique d’un lecteur RFID [ou NFC]. Ce n’est que lorsqu’il y a un couplage magnétique entre le lecteur et le transpondeur que l’implant peut être lu. »

Il ajoute qu’il ne craint pas que l’on retrouve sa trace.

« Les puces RFID sont utilisées sur les animaux domestiques pour les identifier lorsqu’ils sont perdus », explique-t-il. « Mais il n’est pas possible de les localiser à l’aide d’un implant de puce RFID – l’animal disparu doit être retrouvé physiquement. Tout le corps est donc scanné jusqu’à ce que l’implant de la puce RFID soit trouvé et lu. »

Toutefois, le problème de ces puces (et ce qui suscite l’inquiétude) est de savoir si, à l’avenir, elles ne deviendront pas de plus en plus perfectionnées et ne contiendront pas toutes les données privées d’une personne. Et si ces informations sont sécurisées et si une personne peut réellement être suivie.

BBC.

Partager :