Partager :

La guerre en Ukraine et les nombreuses incertitudes économiques liées à la pandémie génèrent un climat d’inquiétude pour l’économie à l’échelle mondiale. Dans un contexte de baisse de la valeur boursière des entreprises technologiques et de chute des cryptomonnaies, le monde de la Silicon Valley est en ébullition. En Israël il semble que cela n’est pas le cas…

Selon (1) : « Les ralentissements économiques sont des sources d’opportunité ».

De nombreuses startups ont d’ailleurs demandé à conseil à Y Combinator, un célèbre incubateur qui a permis l’éclosion de grands noms tels que Airbnb, et Coinbase. L’entreprise n’a d’ailleurs pas failli à sa mission et a répondu à ces demandes dans un e-mail qu’a pu se procurer un journaliste de Techcrunch.

La société confirme ce que beaucoup ont déjà pu constater : « les choses ne semblent pas bien se passer », et notamment pour les mois qui viennent. Pas de panique pour autant : « les ralentissements économiques deviennent souvent d’énormes opportunités pour les fondateurs qui changent rapidement leur état d’esprit, planifient à l’avance et s’assurent que leur entreprise survit ».

 

Dès lors, Y Combinator adresse certains conseils aux gérants de startups pour passer au mieux la période qui se profile. Il convient tout d’abord selon l’incubateur de se préparer au pire en réduisant au maximum les coûts et bénéficier ainsi de marges de manœuvre. Et si cela n’est pas réalisable, il ne faut non plus hésiter à se tourner vers les investisseurs et à lever davantage de fonds pour résister à la tempête.

Les experts disent par ailleurs qu’il faut se préparer à avoir affaire des fonds de capital-risque bien plus regardants que par le passé. Les entreprises technologiques ont désormais mauvaise presse et les investisseurs devraient donc être davantage sourcilleux sur la dépense. Dès lors, et pour mieux convaincre, il faudra proposer des produits bien plus adaptés au marché.

Enfin, et c’est sans doute le conseil le plus important de tous, Y Combinator demande aux startups de survivre pendant cette zone de tubulences : « N’oubliez pas que beaucoup de vos concurrents ne planifieront pas bien, maintiendront un taux d’absorption élevé et ne se rendront compte qu’ils sont fichus que lorsqu’ils essaieront de lever leur prochain tour de table. Vous pouvez souvent gagner des parts de marché importantes en période de ralentissement économique en restant simplement en vie. »

À noter que dans la foulée de l’invasion russe en Ukraine, Larry Fink, le dirigeant de BlackRock, disait déjà s’attendre au pire. Vous pouvez retrouver ses prédictions pour les mois à venir ici.

(1) presse-citron.net
Partager :