Partager :

Début avril, le gouvernement israélien a annoncé son intention de renforcer considérablement la cybersécurité des réseaux de communication israéliens, dans le but de construire un  » Dôme de fer  » de cyberdéfense.

Lors d’une conférence de presse, le ministre des communications, Yoaz Hendel, a déclaré : « Nous essayons d’imposer la bonne norme aux entreprises de communication afin de protéger Israël et de créer une sorte de « Dôme de fer » contre les attaques de cybersécurité. Nous subissons des milliers de cyberattaques chaque année. » Les récentes cyberattaques contre Israël ont été menées via les réseaux de communication, qui permettent au pirate de partager des informations ou de fermer des services essentiels. Illustrant le danger des réseaux de communication non sécurisés, M. Hendel a souligné : « Il n’y a pas une infrastructure vitale qui ne soit pas reliée à un serveur connecté d’une manière ou d’une autre au domaine des communications. »

En mars, Israël a subi une importante cyberattaque qui a mis hors service les sites Web du gouvernement pendant environ une heure. Les pirates qui ont mené l’attaque par déni de service (DDoS) ont surchargé les serveurs des sites Web de données dans le but de paralyser la cybersphère israélienne.  Après l’attaque, le journal israélien Haaretz, citant une source anonyme de l’establishment de la défense israélienne, a déclaré que cette attaque était la plus grande cyberattaque lancée contre Israël. Quelques semaines avant l’attaque, une délégation du ministère américain de la sécurité intérieure est arrivée en Israël pour signer des engagements visant à étendre un système de coopération en matière de cybersécurité.

Israël et l’Iran sont engagés dans une guerre de l’ombre de cyberattaques contre des infrastructures et des sites web. Le virus Stuxnet, qui a mis hors d’état de nuire le programme nucléaire iranien en 2010, a mis en évidence les capacités étendues d’Israël en matière de cyberguerre. Bien que les cyberattaques commencent dans la sphère technologique, elles peuvent viser des infrastructures physiques telles que des centrales électriques, des installations de traitement des eaux ou des usines industrielles. À ce jour, l’Iran n’a pas réussi à pénétrer les défenses de cybersécurité d’Israël dans le cadre d’une attaque contre des équipements industriels. Toutefois, l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré en janvier 2020 que les responsables israéliens de la sécurité détectaient et perturbaient constamment les attaques iraniennes en matière de cybersécurité. La société de cybersécurité Check Point a indiqué que les entreprises israéliennes ont subi près de 1 500 attaques par semaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Les préoccupations israéliennes en matière de cybersécurité interviennent dans un contexte de hausse des cyberattaques à travers le Moyen-Orient. Selon le National News, la région a connu 161 millions d’attaques de logiciels malveillants au cours du premier semestre 2021. Ces attaques ont parfois été motivées par des raisons politiques. Après que les EAU ont signé les accords d’Abraham établissant des relations diplomatiques avec Israël, ils ont connu une vague d’augmentation des cyberattaques selon le chef de la cybersécurité des EAU, Mohamed Al Kuwaiti. Israël a l’intention de créer des normes de cybersécurité actualisées pour les réseaux de communication. Les grandes entreprises de communication seront tenues de mettre en œuvre des procédures non divulguées pour identifier et prévenir les cybermenaces. En outre, elles seront tenues d’acheter des technologies avancées pour répondre aux futures cyberattaques. Le gouvernement israélien affirme que ces procédures n’empiéteront pas sur les communications privées du public israélien.

Source : TheOwp & Israël Valley

Partager :