Partager :

Tout récemment, le film « The Kashmir Files» est sorti en salles en Israël avec des sous-titres en Hébreu. Si le succès semble au rendez-vous, il ne s’agit pas d’une première et déjà, le le cinéma hindi était très populaire en Israël dans les années 50 et 60.
Les films de Raj Kapoor, en particulier, avaient un grand nombre de fans et son film Sangam (1964) a été un immense succès dans le pays, même si l’État indien n’avait pas de relations diplomatiques avec Israël.
Le terrain est favorable car les Israéliens sont friands de cinéma hindi, de philosophie indienne, de yoga et de nourriture et les câblo-opérateurs populaires, comme HOT, disposent d’une chaîne exclusive pour les films indiens depuis 2004.
Il est vrai que le cinéma hindi, tendu sur le plan émotionnel, mélodramatique mais aspirationnel, a trouvé un écho chez les Israéliens, surtout ceux originaires d’Afrique et du Moyen-Orient (les Mizrahi) qui sont en résonnance avec des thèmes comme l’amour, le sacrifice ou le renoncement à soi pour un plus grand bien.
En raison du conflit israélo-arabe, le cinéma et la musique arabes étaient rares en Israël et les Juifs arabes devaient se tenir à l’écart de leur patrimoine, de leur langue et de leur culture. Selon Ronie Parciack, professeur d’études indiennes à l’université de Tel Aviv, le cinéma hindi était apprécié, car il permettait de contourner le conflit israélo-arabe. Les Arabes israéliens pouvaient s’identifier aux films hindis, car ils n’étaient pas occidentaux, ils étaient en accord avec les normes des sensibilités conservatrices, ils étaient traditionnels, et en même temps, ils dépeignaient le réalisme social, les conflits de classe et le mélodrame.
La distance diplomatique de l’Inde vis-à-vis d’Israël et sa solidarité vocale pour la cause palestinienne n’ont pas entamé l’affinité des Israéliens pour la culture indienne dans les années 1950 ou plus tard. En 1975, l’Inde a voté en faveur d’une résolution des Nations unies qui qualifiait le sionisme de forme de racisme. Mais cela n’a pas affecté la popularité de la plus grande ressource de soft power de l’Inde ancienne.
Il y a aussi les chanson qui accompagnent les films.. Ceux de Raj Kapoor tels que Shree 420 (1955) et Aawara (1951) étaient des succès en Israël avant Sangam. La chanson de film hindi la plus connue en Israël est Ichak Dana, Bichak Dana de Shree 420. Il s’agit d’une devinette chantée à l’écran par Nargis (autre star populaire en Israël) qui a traversé les générations. Les dirigeants indiens, lorsqu’ils visitent Israël, sont souvent accueillis par cette chanson, et le Premier ministre Narendra Modi a organisé une interprétation spéciale de l’orchestre en direct pour le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de sa visite à Delhi en 2018.
Des cinéastes comme Raj Kapoor, Guru Dutt et bien d’autres qui ont réalisé des films promouvant l’égalitarisme, plutôt que le chauvinisme, l’universalisme plutôt que le nationalisme et la paix plutôt que la guerre, ont été des agents du soft power de l’Inde. De nombreuses choses louables se sont produites avant la « nouvelle Inde » et ses pseudo-ambassadeurs culturels.
Source : The Indien Express & Israël Valley

 

 

Partager :