Partager :

Des sondages réalisés à la suite de la démission de la députée du parti Yamina Idit Silman de la coalition gouvernementale montrent qu’en cas de nouvelles élections, la composition d’une nouvelle coalition serait encore un casse-tête, malgré le bond du Likoud de Benyamin Netanyahou.

Avec la défection de Silman, le gouvernement actuel ne dispose plus que de 60 sièges à la Knesset, soit autant que l’opposition. Mais si celle-ci parvenait à rallier au moins un autre député du gouvernement, elle pourrait initier une motion de censure et ainsi potentiellement mener le pays vers de nouvelles législatives.

Selon un sondage publié sur la chaîne publique Kan, le Likoud obtiendrait 35 sièges en cas de nouvelles élections, suivi du parti Yesh Atid avec 19 sièges.

Les partis Bleu Blanc, Sionisme religieux et Shas obtiendraient 8 sièges, Judaïsme unifié de la Torah, 7, la Liste commune (arabe) et Yamina sont crédités de 6 députés, suivis des partis Meretz, Avoda et Nouvel espoir avec 5 sièges.

Les partis Ra’am (arabe) et Yisrael Beitenu ferment la marche avec 4 sièges chacun.

Selon un sondage publié sur Channel 13, le Likoud passerait de 30 à 38 sièges, tandis que Channel 12 crédite le grand parti de droite de 35 sièges.

Mais les trois sondages révèlent que le bloc de Benyamin Netanyahou ne serait pas en mesure de former une majorité sans le soutien d’un parti actuellement au gouvernement.

Selon le sondage de Channel 13, 47 % des Israéliens estiment que Benjamin Netanyahou est le plus apte à être Premier ministre, contre 10 % qui penchent pour Naftali Bennett.

i24News.

Partager :