Partager :

Les agriculteurs israéliens détruisent des milliers de tonnes de légumes frais alors que les exportations de produits vers la Russie et l’Ukraine ont été interrompues en raison de la guerre en cours.

Carottes, céleri, pommes de terre, radis… Jusqu’à 50.000 tonnes de produits pourrissent dans les entrepôts ou risquent d’être détruits. Les paiements de marchandises ont également cessé en raison de la chute de la valeur du rouble et des sanctions contre la Russie.

La situation a entraîné une crise pour des centaines d’agriculteurs israéliens, certains ayant été contraints de détruire des récoltes entières.

Ofir Trabelsi dirige Yeron Agricultural Works, un grossiste en légumes situé dans la ville méridionale de Sharsheret. M. Trabelsi, qui vend 95% de ses récoltes à la Russie, a déclaré à The Media Line que jusqu’à présent, ils avaient dû détruire 60 dunams (15 acres) de radis et 50 dunams (12 acres) de céleri.

« Nous avons détruit des champs et ce que j’ai ici dans un entrepôt sera également probablement détruit », a déclaré M. Trabelsi. « Nous ne savons pas ce qui va se passer et nous n’avons reçu aucune réponse d’aucun organisme gouvernemental. Nous recherchons d’autres marchés, ce qui n’est pas si simple car tout se fait à la dernière minute. »

M. Trabelsi a ajouté qu’il avait essayé de trouver des alternatives à la Russie pendant des années, même avant le début de la guerre, mais qu’il n’avait pas réussi à cause du shekel fort. De nombreux marchés européens ont déjà leurs propres fournisseurs de produits.

i24News.

Partager :