Partager :

EDITORIAL. Tristesse et désarroi. En Israël, les attentats de Hadera, Beersheva et Bnei Brak marquent profondément les esprits. Depuis bien longtemps les israéliens n’avaient supporté une situation pareille. A Bnei Brak  la rue tranquille Rehov Hertzl était hier couverte de sang. Le député israélien Bezalel Smotrich a été l’un des premiers à se rendre sur les lieux de l’attentat. Devant les caméras de télévision ses paroles de haine se sont déversées  sur le gouvernement actuel.

RAPPEL. En soirée, des résidents de Bnei Brak, ville ultraorthodoxe en banlieue de Tel-Aviv ont fait état d’un homme circulant en voiture et ouvrant le feu sur des passants. La police israéliennne a indiqué plus tard que le tueur avait été abattu par les forces de l’ordre qui quadrillaient ces secteurs. L’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat. Le premier ministre israélien Naftali Bennett a réunit en soirée de hauts responsables sécuritaires pour faire le point sur la situation.

Cinq personnes ont été finalement tuées. «Nous avons malheureusement constaté la mort de cinq personnes», a déclaré Elie Bin, directeur de la Magen David Adom (Croix-Rouge).

Attaques djihadistes.

Dimanche à Hadera, dans le nord d’Israël, deux policiers, dont une Franco Israélienne, ont été tués dans une fusillade revendiquée par l’organisation djihadiste État islamique (EI).

La police israélienne a identifié les assaillants qui ont été abattus comme des agents arabes israéliens de l’EI. Le 22 mars, à Beersheva (sud), quatre Israéliens – deux hommes et deux femmes – ont été tués dans une attaque au couteau et à la voiture-bélier perpétrée par un homme inspiré de l’idéologie du groupe EI. L’assaillant, qui est mort, était un enseignant condamné en 2016 à quatre ans de prison pour avoir planifié de se rendre en Syrie afin de combattre au sein de l’EI et pour des prêches faisant son apologie. Après l’attaque à Hadera dimanche, les mouvements islamistes armés palestiniens du Hamas et du Jihad islamique ont salué une «opération héroïque». (Le Figaro).

 

Partager :