Partager :

Bonjour Ilana. Chronique hebdomadaire du hightech israélien par Daniel Rouach. Tous les lundi matin à 7h05 (94.8FM). Thème de la Chronique : « Que faire des investissements dans le hightech israélien par les oligarques Russes? Faut-il les geler? »

L’impensable est en train de dérouler : les firmes du hightech israélien se retirent en masse de Russie. Et une question se pose : que faire des investissements dans le hightech israélien des oligarques Russes? Faut-il les geler? Réponse du Gouvernement israélien : ne pas toucher les Oligarques… pour l’instant.

Le milliardaire Russe Roman Abramovitch a investit plusieurs Millions de $ dans la société Israélienne AcousticEye. Cette firme a développé une technologie permettant de tester les pipelines. Roman Abramovitch a réalisé un autre investissement de 10 M$ dans . Un investissement de 10 M$ dans StoreDot, une autre start-up Israélienne. Détenteur d’un passeport israélien, Abramovitch n’a subi que de menues vexations. Les autorités israéliennes se sont bien gardées de saisir un de ses jets. 

Les Echos : « Israël avance à pas soigneusement comptés pour ce qui est des sanctions économiques contre la Russie ou à l’encontre des oligarques. Pratiquement aucune mesure n’a été prise pour le moment ».

RUSSIE. De grandes entreprises israéliennes ont rejoint les rangs des multinationales mondiales gelant ou restreignant leurs activités en Russie, notamment Playtika, Payoneer, et Tipalti.

La liste s’allonge. Un certain nombre de compagnies du secteur technologique en Israël ont suspendu ou abandonné leurs opérations commerciales en Russie dans un contexte d’invasion en Ukraine, dans le cadre d’une série de sanctions imposées par les nations occidentales, des sanctions qui s’ajoutent au boycott des compagnies privées et publiques suite à l’entrée des forces russes sur le territoire ukrainien, le 24 février dernier.

Je peut vous donner une liste très partielle de firmes du hightech israélien qui ont déjà quitté la Russie :

(1) Stratasys est un fabricant américano-israélien d’imprimantes 3D avec une large gamme de matériaux thermoplastiques (ABS, Polycarbonate, Polyétherimide, nylon 12,…)

Stratasys fabrique notamment des systèmes de prototypage pour les équipementiers automobiles, aérospatiaux, industriels, électroniques, médicaux.

(2) Wix est une plateforme en ligne de type SaaS qui permet de créer des sites web en HTML5 (l’outil était jusqu’alors en Flash) et leur version mobile.

(3) Fiverr a quitté la Russie. La firme a été fondée par Micha Kaufman et Shai Wininger en février 2010. Les fondateurs ont imaginé le concept d’un marché en ligne qui fournirait une plateforme bilatérale permettant aux utilisateurs à la fois d’acheter et de vendre une variété de services numériques proposés par des prestataires freelances. Les services proposés sur le site comprennent la rédaction, la traduction, le graphisme, l’édition vidéo et la programmation.

« La dévastation en Ukraine nécessite une action », a déclaré le co-fondateur et PDG de Fiverr, Micha Kaufman, tandis que la société est cotée à la Bourse de New York avec une capitalisation boursière d’environ $2,3 Milliards.

« Nous ne pouvons pas, en toute bonne conscience, soutenir un gouvernement agressif qui a perturbé des décennies de paix en Europe », a de son côté dénoncé dans un communiqué la société de paiement Payoneer, considérée comme l’une des plus grandes plateformes de transfert d’argent en ligne au monde.

CONCLUSION.

SELON LES ECHOS. « Après plusieurs semaines au cours desquelles Israël n’a guère participé aux sanctions contre la Russie et ses oligarques, l’Etat hébreu est en train de réviser sa position sous la pression de l’allié américain.

Jusqu’ici, Israël fait un peu le grand écart entre son allié américain et son voisin russe , installé à la frontière syrienne. Le pays s’est formellement prononcé contre la guerre en Ukraine mais ne s’est guère joint aux sanctions.

Ainsi, à ce jour, la compagnie israélienne El Al continue d’assurer ses vols vers Moscou et les oligarques russes ont multiplié les vols en jet privé vers Tel Aviv depuis le 24 février dernier ».

LE PLUS. ECHANGES. L’Etat hébreu importe de Russie de la marchandise et des services pour une valeur de plus de $2 milliards par an et exporte vers la Russie pour $958 Millions seulement (agriculture, matériel médical, appareils électriques, plastique).

L’essentiel des importations sont des combustibles, des minéraux, des métaux précieux, des produits agricoles et il se pourrait que dans les prochains temps, une partie de ces transactions soit stoppée.

Le ralentissement prévisible des échanges commerciaux ne semble pas de nature à alarmer les spécialistes, puisque la Russie ne représente qu’un marché relativement restreint pour le pays. Tout dépendra aussi de la durée du conflit et des sanctions imposées par l’Occident.

 

Partager :