Partager :

La guerre actuelle met en danger l’existence de nombreuses jeunes startups privées de leurs matières grises. Israël est de fait très affecté par la pénurie d’ingénieurs ukrainiens de haute technologie. Selon le Haaretz, le Népal fait partie des pays qui intéressent le hightech israélien.

A savoir : « Depuis le tremblement de terre en 2015, et la crise qui l’avait frappé, le Népal compte 350 start-up boostées par le commerce électronique. De la mode équitable au vélo partagé, de jeunes entrepreneurs rêvent d’autosuffisance ».

Selon (1) : « Face au pire, certaines sociétés avaient anticipé la guerre en relocalisant les employés et leurs familles dans des zones plus sures et même dans les pays voisins, la Pologne et la Bulgarie.  Cela a imposé de mettre en place des services internet par satellite pour suppléer les arrêts d’Internet classiques.

A SAVOIR. « Les avantages de sous-traitance en Ukraine pour les israéliens sont nombreux : coût de la vie plus bas donc salaires réduits bien que la pénurie ait entrainé une forte hausse relative des salaires.

Le partage du même fuseau horaire signifie une communication plus étroite avec le quartier général et enfin l’installation d’immigrants ukrainiens limite les barrières culturelles et linguistiques ».

« Dans un pays où le salaire moyen est de 220 dollars par mois, un ingénieur logiciel payé 2.500 dollars par mois devient un homme riche.

Pour une entreprise israélienne, cela représente un quart ou moins de ce qu’elle paie au personnel logiciel local. Dans le passé l’Inde était le plus grand sous-traitant mais elle a été remplacée par l’Ukraine avec le grand avantage de la proximité. »

Partager :