Partager :

MSCI, qui fournit des indices d’actions, de titres à revenu fixe et de fonds spéculatifs, a fait passer Israël du statut de marché émergent à celui de marché développé en 2010. Cependant, c’est le seul pays du Moyen-Orient dans cette catégorie, ce qui fait qu’il est plus facile pour les investisseurs de passer à côté, selon les analystes. Aussi, il envisage de réaffecter Israël à une nouvelle région, probablement l’Europe, ce qui ouvrirait la porte à d’importants flux passifs pour les marchés de capitaux israéliens.

MSCI cherche maintenant à obtenir les réactions du marché pour savoir si les investisseurs préfèrent qu’Israël soit classé dans une autre région plutôt qu’au Moyen-Orient.

L’autorité israélienne de régulation des valeurs mobilières a cité MSCI, disant qu’elle se concentrait sur une réaffectation d’Israël en Europe, ce qui exposerait le marché des capitaux à des milliards de dollars de nouveaux investissements possibles.

« L’indice MSCI Israël est plus exposé économiquement à l’Europe qu’aux régions du Pacifique et du Moyen-Orient », a déclaré MSCI, notant que la plus grande exposition provient toujours de l’Amérique du Nord.

Rien n’est cependant sûr, car Israël est le seul marché classé comme moyen-oriental dans l’indice MSCI World après une enquête similaire menée auprès des investisseurs institutionnels internationaux en 2012. MSCI a déclaré qu’une décision sera annoncée le 28 février ou avant.

MSCI a déclaré qu’il a également constaté que les « corrélations glissantes par paire sur 3 ans » des rendements hebdomadaires des indices montrent une corrélation absolue plus élevée entre l’indice israélien avec les indices World, Europe et Pacific qu’avec l’indice des pays du Golfe.

Israël a perdu d’importants investissements passifs dans les marchés émergents lors de son passage à un marché développé il y a plus de dix ans, lorsqu’il est passé de plus de 3 % de l’indice des marchés émergents à moins de 0,5 % de l’indice des marchés développés, et les volumes d’échanges quotidiens à Tel Aviv ne se sont toujours pas totalement rétablis.

Israël pensait récolter des milliards de dollars après avoir été revalorisé et a fait pression pendant des années pour sortir de l’indice Europe et Moyen-Orient et se limiter à l’Europe.

« Le problème est qu’Israël est devenu un tout petit poisson dans une mare beaucoup plus grande » et les gestionnaires de portefeuille ont largement choisi de ne pas ajouter d’actions israéliennes, a déclaré Neil Corney, responsable national de Citi Israël.

Un autre problème qui a empêché Israël de rejoindre l’indice européen est sa semaine de négociation du dimanche au jeudi, selon les analystes.

N. Corney a déclaré que si l’indice israélien était réaffecté à l’Europe, dont il est plus proche en termes de culture, de PIB par habitant et de déficit budgétaire, « cela augmenterait probablement le montant des investissements offshore ».

L’économiste en chef de la Bank Leumi, Gil Bufman, a noté que tout nouvel afflux de capitaux étrangers pourrait renforcer le shekel, qui est déjà à son plus haut niveau depuis 26 ans par rapport au dollar, en partie à cause des afflux dans le secteur technologique israélien.

L’Autorité israélienne des valeurs mobilières a déclaré qu’elle travaillait depuis deux ans avec MSCI pour tenter de renforcer la position d’Israël auprès des investisseurs étrangers.

Source : Reuters & Israël Valley

Partager :