Partager :

Rayan, le petit garçon bloqué au fond d’un puits durant cinq jours dans le nord du Maroc est mort, a indiqué samedi soir le cabinet Royal dans un communiqué. Les Marocains ont tout fait pour sauver l’enfant. Des moyens énormes ont été mis en place et en urgence par le Royaume. Le nombre de sauveteurs marocains était impressionnant.

La disparition de Ryan (5 ans) trouble profondément les israéliens. Les israéliens étaient sous le choc. Une question que la presse israélienne n’a pas posée : l’Etat hébreu a t-il tenté d’aider les sauveteurs marocains? Notre connaissance des leaders israéliens nous permet de penser que des appels entre les deux pays ont très certainement eu lieu durant Shabbat.

Quelques minutes après l’annonce officielle de la mort de l’enfant, le Ministre israélien de la Défense, Benny  Gantz, a posté un message de condoléances (à lire sur le compte twitter de Julien Bahloul).

L’Etat hébreu possède une expérience exceptionnelle en matière de sauvetage d’urgence. Pour sauver des soldats de Tsahal qui se trouvent dans des situations dramatiques, blessés sur le terrain, Israël a développé des outils technologique de premier plan. Des robots, des instruments d’analyse de terrain, des systèmes de repérages souterrains… Israël a mis au point un robot souple inspiré d’une chenille qui avait été présenté à Barack Obama lors de son passage en Israël.

Les israéliens n’étaient pas au Maroc… et c’est bien dommage. Une coopération Israël-Maroc dans le domaine des sauvetages d’urgence mérite d’être montée. (DR)

LE PLUS. Selon i24 News : « A la suite du tragique accident qui a coûté la vie à l’enfant Rayan Oram, Sa Majesté le roi Mohammed VI a appelé les parents du défunt », précise le communiqué en arabe. Son décès a été annoncé peu après son extraction du puits par les secours. 

Le tragique incident avait ému le monde entier, alors qu’un dispositif d’ampleur avait été déployé afin de creuser un tunnel permettant d’atteindre le petit garçon, tombé à 32 mètres de profondeur dans le village d’Ighrane, dans la province de Chefchaouen. De l’eau et de l’oxygène lui avaient été acheminés jusqu’au fond du puits exigu, alors que les images d’une caméra envoyée dans le puits le montraient allongé sur le côté, sans qu’il ne puisse toutefois être certifié qu’il était encore vivant ».

Partager :