Partager :

Israël : moins de taxes pour attirer la production de films internationaux.

Israël accorde un abattement fiscal pour attirer les productions télévisées et cinématographiques internationales.

Israël a approuvé un abattement de 25 % des taxes appliquées aux productions télévisuelles et cinématographiques internationales avec un budget initial de 45 millions de shekels (14,5 millions de dollars) pour deux ans.

Le programme, qui vise à inciter les producteurs étrangers à venir tourner en Israël, a été fortement encouragé par l’Association des producteurs de télévision et de cinéma israéliens, en partenariat avec le ministre des Finances israélien, ainsi que les secteurs de la culture, des affaires étrangères, de l’économie et du tourisme.

« C’est une très grosse opportunité pour Israël et l’industrie locale de la télévision et du cinéma », a déclaré Adar Shafran, président de l’Association des producteurs de télévision et de films israéliens. Shafran a déclaré que le programme « fournira des milliers d’emplois aux Israéliens et des dizaines de millions de shekels qui seront investis dans l’économie israélienne grâce à l’utilisation de services tels que les voyages, les hôtels, la restauration, les transports et plus encore ».

En l’absence d’incitation fiscale, seule une poignée de séries et de films internationaux ont été tournés en Israël ces dernières années, dont un épisode de l’émission italienne « The Million Dollar Race », une publicité et une partie de la série « Hit and Run » (série créée par les israéliens Avi Issacharoff et Lior Raz à qui l’on doit Fauda ); Tzvika Gottlieb, PDG de l’Association des producteurs israéliens ajoute qu’il y a maintenant plusieurs projets européens et américains dont les tournages prochains sont déjà en préparation en Israël.

« Quand vous voyez « Dune » et le dernier volet de « Star Wars » tourné en Jordanie, il est clair qu’Israël a un grand potentiel ; non seulement nous avons le même désert mais nous avons aussi une grande variété de paysages, d’un sol aride à un mont enneigé , des plages, des collines et bien sûr des monuments et sites historiques mais également une industrie cinématographique florissante », a souligné Gottlieb.

Bien que les détails spécifiques des abattements fiscaux n’aient pas encore été dévoilés, il semble que le montant minimum du budget devant être investi en Israël par une production internationale soit de 4 millions de shekels. Comme pour les autres programmes d’incitation fiscale similaires dans le monde, un producteur local devra être également embauché.

Lisa Mamou

Source : “Variety”.

.tribunejuive.info

Partager :