Partager :
Poste, eau, industrie, finances, tout y passe : le gouvernement Bennett veut accélérer la privatisation des entreprises publiques, poursuivant ainsi la politique libérale conduite tout au long de la dernière décennie.

Décidemment, tout est privatisable ; après les autoroutes, les ports et le gaz, le gouvernement israélien continue de transférer au privé des secteurs que l’on croyait à l’abri du retrait de l’Etat, comme la défense.

En 2022, de nombreux pans de la vie quotidienne de l’Israélien seront concernés par les privatisations ; en voici les exemples les plus récents.

La Poste : le gouvernement hésite entre une privatisation à 40% ou à 100%.

Le gouvernement Bennett est résolu de mettre en œuvre la décision prise en 2018 (par le gouvernement Netanyahou) de vendre 40% du capital de La Poste à des investisseurs privés.

Ces dernières semaines, le ministre des Communications Yoaz Hendel a proposé que l’Etat se débarrasse totalement des services postaux en vendant la totalité du groupe La Poste.

Le ministre des Finances Avigdor Liberman devra trancher : vendre 40% ou 100% de La Poste. L’enjeu est aussi financier pour l’Etat : la valeur de La Poste est estimée à 1,2 milliard de shekels (400 millions de dollars).

Malgré les pertes chroniques de la Poste, les acheteurs potentiels sont nombreux à se presser devant les portes du ministère des Finances à Jérusalem pour décrocher la transaction.

L’eau : l’usine de dessalement d’Ashdod est en passe d’être privatisée.

Elle sera vendue en partie (54%) à l’entreprise israélienne d’infrastructures The Shapir Group et le reste (46%) au fonds d’investissement Generation Capital.

L’installation de dessalement d’Ashdod est estimée pour une valeur de 900 millions de shekels (300 millions de dollars) ; l’usine a une capacité de dessalement de 100 millions de mètres cubes d’eau par an.

Lorsque la transaction sera achevée, toutes les cinq usines de dessalement d’Israël auront été transférées à des investisseurs privés.

Les caisses de retraite : l’Etat ne soutiendra plus l’épargne-retraite des Israéliens.

Jusqu’en 2021, l’Etat proposait aux caisses de retraite d’investir leurs fonds dans des obligations d’Etat qui leur garantissaient un rendement avantageux de 4,86% l’an, indexé sur l’inflation.

La loi de finances pour 2022, votée récemment par la Knesset, prévoit la suppression des obligations d’Etat destinés aux caisses de retraite et qui bénéficiaient aux Israéliens qui épargnent pour leurs vieux jours.

La fin des obligations d’Etat est une forme de privatisation des caisses de retraite ; l’Etat dégage sa responsabilité de l’épargne-retraite de ses citoyens, laissant le marché fixer seul le rendement de leur argent.

Les industries aéronautiques : la privatisation sera achevée dans le courant 2022.

Il y a quelques années, le gouvernement israélien avait mis à l’étude la privatisation des trois entreprises publiques œuvrant dans le secteur de la production d’armement : Israel Military Industries (IMI), Israel Aerospace Industries (IAI) et Rafael Advanced Defense Systems (RADS).

En 2019, le Premier ministre Netanyahou, qui occupait aussi le poste de ministre de la Défense, ordonna d’accélérer la privatisation de l’entreprise publique IAI pour une valeur estimée à 3 milliards d’euros.

L’actuel Premier ministre Naftali Bennett espère finaliser la privatisation de la société d’ici à l’été 2022 ; à moins que la récente nomination d’Amir Peretz à la tête d’IAI ne retarde le projet.

Test anti-Covid à l’aéroport : une société privée en remplace une autre.

Depuis le début de la pandémie, les tests de dépistage du Covid-19 que doivent effectuer les voyageurs au départ de l’aéroport Ben Gourion ont été confiés à une entreprise privée, Omega, qui agit sous l’enseigne Check2Fly.

Le 1er novembre 2021, Omega a été remplacé par une autre société privée, Pangea, qui a pris l’enseigne Test2Fly.

La nouvelle société a relevé le prix du test à 89 shekels (30 $), contre 40 shekels (13 $) précédemment.

On ne peut que regretter que le gouvernement Bennett continue de privatiser la gestion de la crise sanitaire qui concerne tous les Israéliens.

à propos de l’auteur
Jacques Bendelac est économiste et chercheur en sciences sociales à Jérusalem où il est installé depuis 1983. Il possède un doctorat en sciences économiques de l’Université de Paris. Il a enseigné l’économie à l’Institut supérieur de Technologie de Jérusalem de 1994 à 1998 et à l’Université Hébraïque de Jérusalem de 2002 à 2005. Aujourd’hui, il enseigne l’économie d’Israël au Collège universitaire de Netanya. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles consacrés à Israël et aux relations israélo-palestiniennes. Il est notamment l’auteur de « Les Arabes d’Israël » (Autrement, 2008), « Israël-Palestine : demain, deux Etats partenaires ? » (Armand Colin, 2012), « Les Israéliens, hypercréatifs ! » (avec Mati Ben-Avraham, Ateliers Henry Dougier, 2015) et « Israël, mode d’emploi » (Editions Plein Jour, 2018).
Régulièrement, il commente l’actualité économique au Proche-Orient dans les médias français et israéliens.
ps://frblogs.timesofisrael.com
Partager :