Partager :

LE VARIANT OMICRON ET SON IMPACT SUR LE TOURISME EN ISRAËL. Le secteur du tourisme d’ores et déjà en difficulté a pris un autre coup dimanche à minuit, lorsque les nouvelles restrictions interdisant l’entrée sur le sol israélien des étrangers sont entrées en vigueur pour une période de deux semaines, avec pour objectif d’empêcher la propagation dans le pays du variant Omicron.

Yoel Razvozov, le ministre du Tourisme, a expliqué dimanche que le gouvernement allait mettre au point un « schéma d’indemnisation » pour les Israéliens qui travaillent dans le secteur de l’industrie du tourisme d’ici une semaine, vingt-quatre heures après l’approbation par les ministres des nouvelles limitations.

Razvozov a annoncé avoir demandé au gouvernement d’approuver une décision portant sur un « schéma d’indemnisation, d’ici une semaine, pour les professionnels de l’industrie, y compris pour les guides touristiques, pour les tour-opérateurs et pour les hôtels qui travaillent avec les touristes ». Le ministre a déclaré que sa proposition avait été approuvée par la majorité des membres du gouvernement et que lui-même établirait le plan en partenariat avec le ministère des Finances.

Razvozov a aussi noté que ce schéma d’indemnisation pourrait englober des fonds en direction des Israéliens qui se sont trouvés dans l’obligation d’annuler leur vol ou de renoncer à leur voyage organisé.

Dimanche, le responsable de la branche israélienne de l’entreprise de services de voyage Amadeus, Avishay Cohen, a indiqué au site d’information Ynet que moins de 10 % des déplacements touristiques à l’étranger des Israéliens avaient été annulés depuis que les responsables sud-africains ont tiré la sonnette d’alarme suite à l’apparition de cette nouvelle souche de coronavirus, à la fin de la semaine dernière. Il a néanmoins noté que les nouvelles réservations de voyage avaient baissé d’environ 50 %.

Les nouvelles restrictions sur les voyages interdisent l’entrée des ressortissants étrangers pendant une durée de 14 jours, sauf dérogation accordée par un panel gouvernemental.

Les ministres ont aussi prolongé la période de quatorzaine obligatoire pour les citoyens israéliens vaccinés revenant de l’étranger et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a obtenu le feu vert concernant la reprise de son programme de suivi des contacts des personnes contaminées par le nouveau variant.

Cette initiative a porté un nouveau coup aux industries du tourisme et de l’aviation israéliennes, qui avaient été largement dévastées par la pandémie et par les restrictions imposées dans ce contexte – et qui n’ont guère eu le temps de se remettre. La vaste majorité des touristes a été interdite d’entrée sur le sol israélien depuis la période qui avait tout juste précédé la mise en vigueur du premier confinement dans le pays, au mois de mars 2020.

Israël n’a rouvert son espace aérien au tourisme qu’au début du mois de novembre, autorisant l’entrée aux personnes vaccinées ou en rémission de la maladie.

Cette décision est « très grave, parce que nous n’avons que récemment rouvert l’espace aérien et que l’industrie a besoin de stabilité », a commenté Razvozov dans la journée de dimanche.

Times of Israel.
Partager :