Partager :

Bernard-Henri Levy a de nouveau dénoncé, lors de l’émission « Sans interdit » sur i24NEWS dimanche soir, le « deux poids, deux mesures » dont Israël est victime.

Le philosophe qui était l’invité d’honneur du Festival du film juif de Jérusalem, et au cours duquel il a présenté son dernier film « Une autre idée du monde », s’est insurgé du fait que lorsqu’il y a un mort palestinien, « tout le monde réagit », tandis que lorsqu’il y a des centaines de milliers de morts dans le monde, victimes de l’islamisme radical, « ça n’intéresse personne ».

Selon Bernard-Henri Levy, la raison de ce paradoxe réside dans la haine d’Israël.

« Quand Israël peut être embarqué dans une opération de dénonciation, quand la figure du coupable est une figure juive, quand on peut incriminer le sionisme, tout le monde se jette (sur l’histoire des Palestiniens), quand c’est une affaire entre Nigériens islamistes et Nigérians chrétiens, tout le monde s’en fout », a-t-il expliqué

Interpellé par Elie Chouraqui sur certains mouvements d’extrême gauche qui soutiendraient l’islamisme radical, Bernard-Henri Levy a répondu que « l’islamogauchisme et l’extrême droite sont deux jumeaux, et il faut s’y opposer avec une égale énergie et de ne pas céder au chantage de l’un ou de l’autre ».

Les débats ont également porté sur la crise migratoire en Europe, et notamment le stationnement de migrants et l’élévation de barrières à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie.

Bernard-Henri Levy a estimé que les mesures prises par la Pologne « sont inacceptables et contraires aux valeurs sur lesquelles l’Europe s’est fondée ».

« Pour moi, c’est injustifiable, c’est se tirer une balle dans le pied, c’est le signe d’une Europe qui ne sait plus qui elle est et qui ne sait pas où elle va, et par conséquent se condamne à mort », a-t-il estimé.

Pour lui, l’affaire des migrants est « cruciale » pour l’identité et l’altérité de l’Europe ».

Video poster
i24News (Copyrights)

Partager :