Partager :

Pourquoi des traitements contre le cancer aident-ils certains patients et pas d’autres ? Convaincu que la génétique ne pouvait à elle seule répondre à cette question, le professeur Yuval Shaked, du Technion, a démontré que si les traitements anticancéreux détruisent efficacement les cellules tumorales, ils induisent également toute une série d’effets involontaires dans les tissus sains, dont beaucoup favorisent paradoxalement l’agressivité de la tumeur. C’est ce qu’on appelle la « réponse de l’hôte » au traitement du cancer.

Les recherches de Shaked ont conduit à la fondation d’OncoHost en 2017, une société d’oncologie de précision au stade clinique qui développe la première plateforme de profilage de la réponse de l’hôte pour prédire la réactivité aux thérapies anticancéreuses. Elle a récemment remporté le prix Frost and Sullivan 2021 Best Practices Technology Innovation Leadership Award dans la catégorie oncologie de précision basée sur l’IA.

« En utilisant les algorithmes exclusifs d’OncoHost basés sur la bioinformatique, le traitement du signal et l’apprentissage automatique, leur plateforme scanne 7 000 protéines dans le plasma du patient pour identifier les modèles protéomiques qui indiquent le résultat attendu pour le patient, un exploit qu’aucun de ses concurrents ne peut réaliser », indique la citation de Frost & Sullivan.

« Pour l’immunothérapie, la modalité de traitement la plus importante dont nous disposons aujourd’hui, le taux de réponse moyen pour tous les types de cancer est d’environ 20 % », déclare le Dr Ofer Sharon, PDG d’OncoHost. « Malgré toutes les promesses de l’immunothérapie, si vous avez dix patients dans votre salle d’attente avec un cancer avancé, seuls deux seront en vie dans deux ans », ajoute-t-il.

OncoHost a commencé à tester sa technologie de médecine de précision auprès de patients diagnostiqués à un stade avancé de mélanome ou de cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) et recevant une immunothérapie, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Europe et en Israël. Selon le Dr Sharon, après avoir été soumis à un processus de test en laboratoire, le produit d’OncoHost sera lancé commercialement aux États-Unis au cours du deuxième ou troisième trimestre de l’année prochaine, d’abord pour le cancer du poumon, puis pour le mélanome.

« Comme nous l’avons vu avec Covid-19, explique le Dr Sharon, l’hôte joue un rôle essentiel dans le pronostic des patients. » Une meilleure compréhension du caractère unique de notre corps, l’analyse de notre ensemble unique de protéines – et d’autres ensembles de données décrivant nos processus biologiques spécifiques – pourraient conduire à des applications plus réussies des traitements existants ou au développement de nouveaux traitements, pour le cancer et pour d’autres maladies.

Source : Forbes & Israël Valley

 

Partager :