Partager :

Le Projet Aladdin, un programme international parrainé par l’UNESCO dans le but de lutter contre la négation de la Shoah et de promouvoir le dialogue interculturel, a envoyé une délégation à Bahreïn et aux Émirats arabes unis du 14 au 18 novembre.

La délégation a été reçue par les dirigeants, les ministres, les chefs d’institutions et les groupes de réflexion travaillant à promouvoir les relations interculturelles et à lutter contre la haine et l’intolérance, selon un communiqué de presse du Projet Aladdin.

A Bahreïn, la délégation était accompagnée de l’ambassadeur de France, et a été reçue au Palais Royal par le roi de Bahreïn, Hamad bin Isa Al Khalifa.

Le roi Hamad bin Isa Al Khalifa a annoncé un certain nombre d’initiatives visant à promouvoir la tolérance, la paix et le rapprochement entre les cultures, notamment à travers l’éducation et le sport.

Il a également donné sa bénédiction aux partenariats entre le Projet Aladin et les institutions bahreïnites, telles que le Centre mondial King Hamad pour la coexistence pacifique, que la délégation a visité.

La délégation s’est également rendue au siège de Derasat, un groupe de réflexion qui analyse et étudie les développements stratégiques liés à la stabilité et la prospérité de Bahreïn, pour discuter de la situation dans la région suite aux accords d’Abraham, assurant qu’une « paix chaleureuse » pourrait promouvoir la paix et l’amitié interculturelles.

Arrivée à Abou Dhabi, la délégation a ensuite été reçue par le ministre de la Tolérance et de la Coexistence, ainsi que par le ministre des Affaires étrangères et du Développement international.

Lors d’une réunion avec le président du ministère de la Culture et du Tourisme d’Abou Dhabi, ils ont convenu de développer des projets communs axés sur les musées, les universités et les clubs sportifs afin de promouvoir les liens interculturels.

Les discussions avec le ministre des Affaires étrangères, Cheikh Abdullah bin Zayed Al Nahayan, ont porté sur l’impact des accords d’Abraham, sur les menaces environnementales, ainsi que sur l’importance de mener un combat commun pour contrer l’antisémitisme, le fanatisme antimusulman et la xénophobie.

Bin Zayed a expliqué comment les Émirats arabes unis utilisent leur influence pour contribuer à la paix, à la stabilité et au progrès dans la région, et a exprimé son soutien aux initiatives conjointes entre les Émirats arabes unis et le Projet Aladdin.

Xavier Chatel, ambassadeur de France aux Emirats Arabes Unis, a déclaré que le gouvernement français « soutient le Projet Aladin car cette organisation cherche à promouvoir des valeurs qui sont importantes pour la France, à savoir le respect, la tolérance, la paix et l’opposition à la haine et l’extrémisme. »

La présidente du Projet Aladdin, le Dr Leah Pisar, a quant à elle affirmé que les échanges ont eu un impact important sur la délégation et ont ouvert la voie à de nouveaux partenariats.

« Peu importe d’où nous venons ou quelle est notre religion ou notre culture, nous avons aujourd’hui un ennemi commun parmi les pourvoyeurs de la ‘haine armée’, qui utilisent les réseaux sociaux et d’autres moyens pour attaquer, rabaisser et diaboliser l’Autre », a-t-elle déclaré.

« Nous devons tous unir nos forces pour surmonter cette menace majeure pour nos sociétés, et nous sommes encouragés à trouver des partenaires volontaires et enthousiastes à Bahreïn et aux Émirats arabes unis, » a-t-elle conclu.

Times of Israel (Copyrights).

Partager :