Partager :

Les États-Unis ont entamé mercredi leur premier exercice naval conjoint avec Israël, les Émirats arabes unis (EAU) et Bahreïn.

Le Commandement central des forces navales américaines (NAVCENT) a déclaré dans un communiqué que cet exercice « améliorera l’interopérabilité entre les équipes d’interdiction maritime des forces participantes ».

Les forces participant à cet « exercice multilatéral d’opérations de sécurité maritime » de cinq jours s’entraîneront aux tactiques de visite, d’abordage, de fouille et de saisie à bord du navire de transport amphibie USS Portland, a précisé NAVCENT.

Le vice-amiral Brad Cooper, commandant de NAVCENT, de la 5e flotte américaine et des forces maritimes combinées, a déclaré dans un communiqué qu’il était « passionnant de voir les forces américaines s’entraîner avec des partenaires régionaux pour améliorer nos capacités collectives de sécurité maritime ».

Un officier de la marine israélienne a déclaré lors d’un briefing aux journalistes en Israël que la coopération militaire entre les deux pays, dirigée par les États-Unis, pourrait aider à repousser la récente « projection de puissance » régionale de l’Iran, selon Reuters.

Comme exemple de cette « projection de puissance », l’officier a cité l’attaque de juillet contre un pétrolier Mercer Street battant pavillon libérien, qui a tué deux personnes, selon Reuters. Les États-Unis ont déterminé que l’attaque avait été menée par un drone, et le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que les États-Unis étaient « convaincus » que l’Iran avait mené l’attaque.

Un officier, dont l’identité n’a pas été révélée, a déclaré que l’exercice allait « renforcer la coopération et la sécurité en mer Rouge, mais pas seulement en mer Rouge, car nous sommes confrontés au terrorisme iranien » dans toute la région, rapporte Reuters.

L’année dernière, Israël, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont tous signé les accords d’Abraham, un accord historique négocié par l’administration de l’ancien président Trump dans le but de normaliser les relations dans la région.

Source : The Hill & Israël Valley

Partager :