Partager :

Fitch maintient la note de A+ pour Israël, citant l’adoption du budget.

Fitch, dont le siège se trouve à New York et à Londres, est une agence considérée comme l’une des trois plus importantes dans le monde, avec Moody’s et Standard & Poor’s.

L’agence a qualifié l’adoption du budget de l’État de « tournant important », qui permet de réduire l’incertitude politique et les risques potentiels pour les finances publiques.

L’agence Fitch Ratings a réaffirmé, jeudi, la note A+ pour Israël, une note assortie d’une tendance « stable », citant l’adoption par la Knesset du budget de l’État 2021-2022 qui, selon elle, marque « un tournant important » pour le gouvernement israélien, réduisant « l’incertitude politique et les risques potentiels pour les finances publiques » et « affirmant la capacité du gouvernement à faire avancer une législation ».

Le plan de dépenses à hauteur de 609 milliards de shekels pour 2021 et le plan de 562,9 milliards de shekels pour 2022 représentent les premiers budgets approuvés au sein de l’État juif depuis 2018 – en raison d’une impasse politique prolongée qui avait vu la chute de plusieurs gouvernements successifs qui avaient alors été dans l’incapacité de présenter une proposition devant la Knesset.

L’agence de notation a aussi fait remarquer l’approbation de la Loi des Arrangements pour 2021 et 2022, qui détermine la manière dont l’allocation des fonds sera mise en œuvre. Elle comprend également des réformes essentielles, prévoyant d’alléger les barrières commerciales et les règles d’importation, des changements radicaux dans l’establishment en charge de la casheroute et dans l’industrie de l’agriculture, des réformes bancaires significatives, des dérégulations et des mesures qui permettront la transition de l’économie israélienne vers des sources d’énergie renouvelable.

Times of Israel (Copyrights).

Partager :