Partager :

Le champion cycliste Chris Froome sera bientôt en Israël dans le cadre de la tournée de son équipe, Start-Up Nation et il s’est confié au magazine Cyclingnews sur ses ambitions.

Après avoir quitté le confort de la structure d’Ineos Grenadiers pour rejoindre Israel Start-Up Nation, il a dû s’adapter et apprendre à travailler avec un nouveau groupe d’entraîneurs, de sponsors, de directeurs et de coéquipiers.

« En tant qu’équipe, nous sommes passés à un niveau supérieur. Tout récemment, Tom Van Asbroeck et Guillaume Boivin ont terminé dans le top 10 à Paris-Roubaix, Alessandro De Marchi a porté le maillot rose au Giro (tour d’Italie) et Dan Martin a remporté une grande étape de montagne. Woodsy [Michael Woods] a également été touché par les premières chutes du Tour de France, mais il s’est battu et a porté le maillot à pois. Tout le monde travaille dur et nous comblons l’écart avec les plus grandes équipes, tout en aidant certains des jeunes coureurs qui montent via l’académie de l’équipe. Tout cela me donne une motivation supplémentaire. »

Depuis sa terrible chute en marge du Critérium du Dauphiné il y a un peu plus de deux ans, Chris Froome, n’est clairement plus le coureur qui a dominé la dernière décennie sur les Grands Tours. Mais il a déjà remporté une première victoire en réussissant à réintégrer le peloton professionnel après de longs mois de convalescence, mais les résultats n’ont logiquement pas suivi. Malgré ça, le Britannique continue de croire qu’il peut aller chercher une cinquième Grande Boucle et égaler ainsi Eddy Merckx, Bernard Hinault, Jacques Anquetil et Miguel Indurain, même s’il sait bien sûr que ce sera très difficile.

« Il n’y a aucune garantie que je puisse gagner un cinquième Tour de France après ce qu’il m’est arrivé et ce que j’ai traversé. Je le sais, mais ça reste mon objectif. C’est ce qui me motive à me donner à 100%. Que ce soit en 2022, l’année d’après ou l’année encore après, c’est ce pourquoi je vais travailler jusqu’à ce que ça devienne évident que ça ne soit plus possible. C’est ce pourquoi je monte sur le vélo tous les jours. Tant que je vois que je progresse en travaillant, alors je vais continuer à croire que c’est possible ».

Pour réaliser son rêve, Chris Froome espère donc revenir à son meilleur niveau, mais à 36 ans, la tâche s’annonce difficile. Cependant, ça « lui donne de l’espoir » de voir que des Alejandro Valverde (41 ans), Richie Porte (36 ans) et Geraint Thomas (35 ans) ont tous gagné au niveau WorldTour en 2021. « Le niveau des jeunes d’aujourd’hui n’est pas 20% plus élevé que celui des autres. Les anciens sont toujours là. Donc c’est logique pour moi de me dire que si j’arrive à revenir à mon ancien niveau, alors je peux courir contre ces gars », a conclu Froome.

Par ailleurs, la société Premier Tech récemment engagée dans le sponsoring cycliste a signé un partenariat avec l’équipe Astana et a entamé des discussions avec Israel Start-Up Nation.

Source : Cyclingnews / Sports Orange & Israël Valley

Partager :