Partager :

Le chef du renseignement égyptien Abbas Kamel devrait se rendre en Israël plus tard en novembre, pour rencontrer Naftali Bennett et, probablement, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Kamel est considéré comme le bras droit du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

Ravid a écrit dans le site américain Axios qu’il avait rencontré Kamel – qui parle rarement en public – alors que les deux sortaient du sommet sur le climat COP26 à Glasgow, en Écosse, chacun dans le but de sa propre pause cigarette.

L’Egypte « essaie de parvenir à un accord pour stabiliser le cessez-le-feu dans la bande de Gaza, permettre l’aide humanitaire et la reconstruction, et inclure un échange de prisonniers entre Israël et le Hamas », a déclaré Kamel à Ravid. Kamel s’est également dit satisfait des relations actuelles entre l’Egypte et Israël, mais a déclaré que le Premier ministre israélien Naftali Bennett était un « grand changement » par rapport à son prédécesseur, l’ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

Alors qu’al-Sisi entretenait des relations étroites avec Netanyahu, sa rencontre avec Bennett en septembre a également été « exceptionnellement bonne », et l’Egypte espère travailler efficacement avec le gouvernement de Bennett, a affirmé Kamel.

L’Egypte est également en contact étroit avec Israël et l’Autorité palestinienne, parlant « tous les jours » et travaillant « jour et nuit » pour négocier un cessez-le-feu à long terme avec le groupe terroriste Hamas. 

L’accord comprendrait un échange de prisonniers, qui, selon Kamel, devrait commencer par la libération des prisonniers âgés, des femmes et des adolescents de l’Autorité palestinienne. Il libérerait deux Israéliens souffrant de troubles mentaux détenus par le Hamas, et les corps de deux soldats israéliens que le Hamas détient depuis 2014.

Kamel a ajouté que l’accord de Gaza comprendrait également des mesures humanitaires et économiques au profit de la population civile de Gaza.

Gabriel Attal

Partager :