Partager :

SUR RADIO J. L’Opérateur « Business France » de Tel-Aviv a organisé une série de visites en France pour le Tel-Aviv Stock Exchange.

« Business France » (Tel-Aviv) a pour objectif de développer les exportations françaises sur Israël et « tente de renforcer l’attractivité du territoire national pour les investisseurs internationaux ».  L’agence « propose et met en œuvre une stratégie de communication et d’influence pour développer l’image économique de la France à l’international ». 

MISSION. Ittaï Ben-Zeev, patron de la Bourse, a accompagné pour la première fois en France une délégation d’entreprises israéliennes innovantes de la Bourse de Tel-Aviv.

(Business France de Tel-Aviv a piloté cette opération. Sur LinkedIn de nombreuses images ont été diffusées sur cette mission exceptionnelle. C’est Karen Gordon qui a été le pilote de l’opération).

A. Ittai Ben-Zeev présente la Bourse de Tel-Aviv.

« Le Tel Aviv Stock Exchange (TASE) est l’unique opérateur de marché en Israël. Jusqu’à une date récente, la Bourse de Tel-Aviv était détenue collégialement par ses membres. En 2019, l’entreprise est devenue une public company cotée elle-même en Bourse, avec plus de 80% de flottant.

Nous sommes aujourd’hui un opérateur pleinement intégré, disposant de deux chambres de compensation, d’une entité dédiée à l’exploitation des données de marché, etc. »

Au 1er octobre, plus de 100 nouvelles entreprises ont été introduites au cours des 18 mois précédents, ce qui place la Bourse de Tel-Aviv, en termes du taux de nouvelles cotations par rapport à la capitalisation totale, au deuxième rang mondial derrière Shanghai.

Ben Zeev : « Au total, nous recensons 533 sociétés cotées, pour une capitalisation équivalent à 270 milliards d’euros environ.

Jusqu’ici le TASE est resté un marché dominé par les investisseurs domestiques avec seulement 20 à 25% d’investisseurs internationaux, et en grandissant les entreprises sont souvent allées chercher une double cotation à Wall Street pour lever davantage de fonds.

Mais il y a depuis quelques années un changement de perception vis-à-vis de la Bourse locale et la progression de l’indice TA-125 montre que les entreprises peuvent bénéficier d’un essor de leur valorisation.

Beaucoup d’entreprises israéliennes, souvent familiales par tradition, font désormais entrer la cotation dans leurs projets stratégiques. De plus un certain nombre de sociétés créées dans les années 1980/90 arrivent à un stade où leurs fondateurs songent à la transmission de leur entreprise, ce qui peut passer par une entrée en Bourse. Pour toutes ces raisons, nous estimons avoir devant nous d’importantes perspectives de croissance ».

B. LA MISSION SPECIALE FRANCE-ISRAËL.

Ittai Ben-Zeev : « Je suis ravi d’emmener pour la première fois une délégation d’entreprises cotées israéliennes passionnantes à la rencontre de la communauté d’affaires françaises. Notre objectif est de favoriser la progression des relations économiques et l’essor des investissements entre la France et Israël ».

« La France a une place primordiale en Europe, une longue histoire et un avenir prometteur mais les entreprises de la tech israélienne jusqu’ici se dirigent plus naturellement vers les États-Unis. Nous souhaitons multiplier les ponts entre les écosystèmes et les investisseurs de nos deux pays afin d’accompagner le développement des entreprises israéliennes en France, un marché de choix en Europe… »

« J’ai eu le plaisir effectivement d’échanger avec Stéphane Boujnah de EuroNext, qui a accompli avec ses équipes un travail remarquable et fait d’Euronext l’opérateur paneuropéen de référence.

J’ai beaucoup d’admiration pour ce groupe et on ne peut que souhaiter arriver un jour à voir des sociétés choisir une double cotation Euronext-TASE ! »

« Parmi ces entreprises israéliennes figurent ElectReon, qui a développé un système permettant de recharger les véhicules électriques pendant les trajets grâce à des bobines de cuivre posées sous l’asphalte, Aquarius Engines, qui développe un nouveau type de moteurs à combustion interne et de groupes électrogènes, Glassbox, fournisseur de solutions d’analyse des actions des clients sur les canaux numériques (sites et applications mobiles), Gencell, qui a développé une technologie de production d’électricité à partir d’hydrogène et d’ammoniac et développe actuellement l’énergie stockage sous forme d’ammoniac « vert ».

« Nous accompagnent également Trucknet, à l’origine d’une plate-forme automatisée unique pour l’optimisation du fret pour les entreprises qui gèrent des flottes de véhicules, Nofar Energy, qui est engagée dans la construction et l’exploitation de systèmes pour la production d’électricité à partir de l’énergie solaire, et Strauss Group, l’une des plus grandes entreprises d’agroalimentaire du pays, qui a par ailleurs créé une pépinière dédiée à la foodtech, The Kitchen ».

Toutes se caractérisent par une capacité d’innovation de premier ordre ».

IsraelValley et BFM (Copyrights)

LE PLUS. Cette visite, organisée en partenariat avec lagence Business France, illustre la progression des
relations économiques et l’essor des investissements entre la France et Israël.

La délégation israélienne emmenée par Ittai BenZeev, PDG de TelAviv Stock Exchange (TASE), et
plusieurs PDG d’entreprises cotées à la TASE iront à la rencontre des personnalités économiques
et politiques françaises : l’agence de développement économique de la région IledeFrance, Paris
Europlace, ainsi que d’autres acteurs institutionnels et privés de la sphère de la finance et des
investissements. Au cœur de cette visite : l’attractivité de la France, l’innovation portée par la Tech
israélienne et les opportunités que représente l’Hexagone pour leur développement en Europe.

Partager :