Partager :

L’artiste-photographe Spencer Tunick retourne dans la région de la mer Morte pour réaliser une nouvelle œuvre d’art d’installation de groupe de nus en direct le 17 octobre. Cette œuvre d’art en direct coïncidera avec le lancement de la toute nouvelle exposition virtuelle du Musée de la mer Morte, qui contient toutes les photographies de Tunick prises dans la mer Morte au cours des dix dernières années.

C’est la première fois que ces œuvres sont présentées ensemble. L’exposition est visible jusqu’au 21 avril 2022 et peut être visitée de n’importe où dans le monde en se rendant sur http://www.thedeadseamuseum.com.

L’exposition contient des photographies de 2011, 2012 et 2016, y compris des photos inédites des cascades d’Ein Gedi et d’Ein Bokek, auxquelles un groupe de 30 femmes a participé. L’exposition virtuelle se compose de photographies fixes, mais aussi d’une salle vidéo, où une vidéo à canal unique est projetée sur le mur. Certaines scènes connues prennent vie dans ces séquences, rapprochant le visiteur d’un environnement disparu qui devrait encore exister.

Il y a dix ans, le 17 septembre 2011, Spencer Tunick a créé sa première installation sur la mer Morte. Il a fait appel à 1 200 Israéliens et voyageurs d’autres pays pour poser dans et autour des eaux salées de Mineral Beach. Les images ont captivé le monde entier. Une partie de leur attrait réside dans l’atmosphère presque communautaire qui s’en dégage. Sans vêtements ni autre matière artificielle, le groupe de personnes transcende la classe, la religion et la nationalité. Ils sont simplement apparus ensemble à un moment donné, partageant un environnement qui accueille leur présence. Un premier coup d’œil à ces images pourrait susciter un sentiment de zen, mais la dure réalité de la mer Morte qui disparaît à un rythme rapide demande une analyse très différente. Conscients de l’urgence de la situation, on pourrait aussi sentir ces gens engagés dans un effort commun pour protéger la mer Morte.

La plupart d’entre eux sont encore en vie, mais le plus alarmant est que certaines parties de la mer ont péri. On s’attendrait à ce qu’une mer subsiste, mais la mer Morte est véritablement en train de mourir. L’environnement, tout aussi vulnérable que les corps humains qui s’y trouvent. Une éternité qui a été sauvée en une seule image, a péri en réalité. C’est à la fois choquant et mystifiant.

Les lieux de l’installation de Spencer Tunick de 2011 sont désormais méconnaissables. L’eau s’est retirée et de dangereux gouffres ont transformé Mineral Beach et de nombreux autres endroits de la région. Tunick est retourné à la mer Morte en 2016 pour créer de nouvelles installations, explorant les dolines qui ont changé le paysage de façon si spectaculaire. Ces œuvres sont également présentées dans l’exposition.

Tunick a déclaré : « S’immerger dans la préservation d’une cause naturelle avec son art est une expérience très gratifiante, mais elle s’accompagne aussi de la triste constatation que les catastrophes d’origine humaine sont souvent difficiles à arrêter. Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas essayer de faire la différence. Avec mes œuvres sur la mer Morte, je tente de créer poétiquement et visuellement une réaction contre la perte d’une merveille naturelle du monde. Les œuvres évoquent l’espoir que les avertissements précoces de catastrophe environnementale susciteront des réactions plus rapides de la part des gens. Le changement ne se produit pas dans le vide, il faut parfois l’art pour faire passer le message ».

Le musée de la mer Morte a été fondé pour sensibiliser le public à la situation désastreuse de cette région. Le musée commence comme une entité virtuelle, mais un musée physique dans la ville israélienne d’Arad est en cours de planification. Tunick retourne dans la région pour créer une troisième installation dans ce paysage unique, afin de nous encourager à faire le nécessaire pour sauver la mer Morte de l’oubli total.

Source : PRWeb & Israël Valley

Partager :