Partager :
Les cymbales, instruments de musique encore utilisés de nos jours, sont évoquées à de nombreuses reprises tout au long de la Bible. Cependant, les noms servant à les désigner sont multiples et recouvrent en réalité dans le récit biblique deux instruments différents.

Une diversité d’instruments. Le psaume 150 décrit les cymbales en ces termes de louanges emplies d’allégresse : « Louez-le par les cymbales sonores, louez-le par les cymbales triomphantes ! ».

Les cymbales tiennent une place privilégiée par leur sonorité dans le concert biblique. Ce même psaume souligne aussi qu’il y a deux sortes de cymbales à l’époque biblique dénommées par deux termes hébreux différents, Tseltselim et Metsillayim.
Les premières étaient la plupart du temps faites de métal notamment en bronze, ou encore en bois, et avaient une place d’honneur dans la liturgie. Faisant partie des instruments dits de percussion, la cymbale était composée de deux coquilles qui étaient entrechoquées par les deux mains en les tenant chacune par des poignets de cuir.
D’après certaines mosaïques romaines anciennes, il semble que leur taille pouvait être plus petite que nos actuelles cymbales, de 3 à 12 cm. Dénommées alors crotales, ces dernières produisaient un son néanmoins retentissant.
Les autres cymbales, désignées comme à doigts, étaient plus proches de nos actuelles castagnettes.
Composées également de deux petites coquilles en métal ou en bois, elles étaient pour leur part tenues d’une seule main et entrechoquées l’une contre l’autre par le jeu des doigts, produisant ainsi un son plus aigu.
Un instrument de louanges et de liesse.
Les cymbales percutées des deux bras produisaient certes un son bien plus retentissant et puissant qui les distinguait de celui des castagnettes plus petites. Le deuxième livre de Samuel donne une idée de la forte impression que devait produire ce cortège musical où les cymbales avaient bonne place :
« David et toute la maison d’Israël dansaient devant le Seigneur, au son des instruments en bois de cyprès, cithares et harpes, des tambourins, des sistres et des cymbales » (2 S 6, 5).
Par leur impressionnante puissance, les cymbales étaient dès lors très présentes dans les liturgies dans lesquelles leur force sonore était synonyme de la ferveur et de l’intensité de la prière et des louanges.
Un témoignage archéologique
Rares sont les instruments de l’époque de la Bible étant parvenus jusqu’à nous. Cependant, de petites cymbales, proches de nos castagnettes, ont été retrouvées dans des tombes de l’Égypte antique.
Mais il faut surtout souligner la découverte d’un ensemble exceptionnel de deux cymbales dégagé dans une anfractuosité près de Jérusalem qui offre de riches enseignements sur leurs détails.
Chacune était, en effet, composée d’une plaque circulaire et plate en bronze avec un centre bombé et percé afin de permettre le passage d’une poignée ou sangle. Remontant probablement à l’époque du roi David, ces rares et précieux témoins révèlent le rôle essentiel joué par les cymbales dans l’éventail des instruments de musique.

Source Aleteia

Vous nous a
Partager :