Partager :

De l’extérieur, le HaOgen Cafe ressemble beaucoup aux nombreux autres cafés qui jalonnent les rues de Tel Aviv.

Situé juste au nord de la place centrale Dizengoff, il est doté de larges baies vitrées et d’un tableau coloré sur le trottoir qui annonce les sandwichs du jour et autres concerts acoustiques à venir. À l’intérieur, une foule de jeunes âgés d’une vingtaine à une trentaine d’années sont assis à des tables et pianotent sur leurs ordinateurs portables. L’endroit est décoré de guirlandes lumineuses et de plantes au sol, avec des citations optimistes et des dessins griffonnés au marqueur sur les fenêtres opaques à l’arrière.

Mais HaOgen offre également quelque chose que ses concurrents du quartier n’offrent pas : l’évangile de Jésus-Christ.

Selon le site web de Dugit, une organisation juive messianique basée à Tel Aviv dont le nom signifie « petit bateau », HaOgen est un « café de proximité » qui est « doté d’évangélistes prêts à partager la bonne nouvelle avec chaque client qui entre ».

« Grâce à cet endroit branché, le ministère a eu accès à un tout nouveau groupe de personnes dans leur ville qui ont grand besoin d’un Sauveur », peut-on lire dans un billet de blog de 2019 sur le site Web de la Fellowship of Israel Related Ministries, une organisation messianique qui décrit HaOgen comme un membre de la fraternité.

Les liens profonds du café avec Dugit et le judaïsme messianique, un mouvement qui croit en la divinité de Jésus tout en prétendant pratiquer le judaïsme, ne sont pas immédiatement détectables par les clients. Une étagère à l’arrière du café est remplie de copies hébraïques du Nouveau Testament et de piles de brochures sur « le Messie », et le logo du café est une ancre, un symbole historique du christianisme.

Pourtant, aucun signe à l’intérieur ou à l’extérieur n’indique un quelconque lien entre HaOgen et une organisation ou un mouvement religieux. Le site web du café ne mentionne pas non plus son affiliation avec Dugit ou une quelconque mission religieuse.

« Je ne savais pas qu’il appartenait à des missionnaires », a déclaré Jessica Arnovitz, une immigrée juive américaine en Israël qui vit près du café. « J’y suis déjà allée, et c’est un endroit agréable ».

Le judaïsme messianique, dont certains adeptes étaient connus dans le passé sous le nom de « Juifs pour Jésus », semble se développer en Israël. Les juifs messianiques se réfèrent à Jésus comme « Yeshua » et utilisent les livres saints chrétiens, tels que le Nouveau Testament, qui ont été traduits en hébreu. Les groupes juifs messianiques ont souvent des liens avec des organisations explicitement chrétiennes, et aucun des principaux mouvements juifs ne les considère comme juifs. Comme pour de nombreuses dénominations chrétiennes, le travail missionnaire fait partie de la pratique messianique.

Partager :