Partager :

Dans un communiqué, Nestlé a révélé son intérêt pour la viande artificielle. Afin d’en « comprendre le potentiel », la multinationale suisse travaille en collaboration avec Future Meat Technologies.

Fondée en 2018 en Israël, cette entreprise fabrique de la viande artificielle sans OGM à partir de cellules animales, raison pour laquelle ce type de produits est également appelé « viande cellulaire » ou « viande de culture ». Au mois de juin, Future Meat Technologies a annoncé l’ouverture d’une usine dont le but est de produire de la viande artificielle, avec une capacité de 500 kilogrammes par jour, soit l’équivalent de cinq mille hamburgers. L’objectif de la firme : vendre son produit aux États-Unis dès 2022.

De son côté, Nestlé explique travailler depuis des années sur des substituts de viande d’origines végétales, une autre alternative à la viande traditionnelle. De plus en plus de personnes souhaitent en effet modifier leur régime alimentaire et réduire leur consommation de viande, que ce soit pour des raisons de santé, de bien-être animal ou environnemental. Dans cette optique, Nestlé souhaite explorer ce procédé et en étudier la viabilité :

« Les scientifiques du Nestlé Research à Lausanne travaillent avec Future Meat Technologies, une start-up leader dans le domaine de la viande de culture, afin d’explorer le potentiel des composants de viande de culture sans compromis sur le goût ou la durabilité. La technologie exclusive, novatrice et rentable, de Future Meat Technologies permet de produire des composants de viande de culture non OGM à partir de cellules animales, réduisant ainsi le besoin de terres et de ressources pour élever des animaux ».

Nestlé a du flair. Selon l’Usine Digitale, qui cite une entreprise investissant massivement dans les protéines alternatives, le marché de la viande artificielle pourrait peser 140 milliards de dollars d’ici 10 ans. Pour l’heure néanmoins, il est encore difficile de savoir quand la viande cellulaire se démocratisera en Europe, en sachant que des autorisations sont nécessaires et que de nombreux politiques, à l’image du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, y sont récalcitrants.

https://siecledigital.fr

 

Partager :