Partager :

Cette semaine, Aleph Farms et la société néerlandaise Mosa Meat, deux entreprises à la pointe du domaine émergent de la viande cultivée, ont annoncé un investissement de la part de Leonardo DiCaprio, l’ acteur oscarisé et activiste environnemental. Les deux entreprises ont démontré leur capacité à cultiver du bœuf directement à partir de cellules animales, avec le dévoilement du premier hamburger cultivé par Mosa Meat en 2013 et des premiers steak et faux-filet cultivés respectivement par Aleph Farms en 2018 et 2021.

« L’un des moyens les plus efficaces de lutter contre la crise climatique est de transformer notre système alimentaire. Mosa Meat et Aleph Farms proposent de nouvelles façons de satisfaire la demande mondiale de viande bovine, tout en résolvant certains des problèmes les plus pressants de la production industrielle actuelle de viande bovine. Je suis très heureux de les rejoindre en tant que conseiller et investisseur, alors qu’ils se préparent à présenter le bœuf cultivé aux consommateurs », a déclaré Leonardo DiCaprio.

La consommation mondiale de viande devant augmenter de 40 à 70 % d’ici 2050, la viande cultivée offre une solution pour réduire considérablement les effets négatifs actuels de la production industrielle de viande bovine. En outre, la viande cultivée permettra aux consommateurs de profiter des qualités de la viande qu’ils aiment, sans qu’il soit nécessaire de modifier radicalement leur comportement. Selon les analystes, le marché de la viande cultivée pourrait atteindre 25 milliards de dollars d’ici 2030, dans le cadre d’une transformation plus large des protéines.

Didier Toubia, cofondateur et PDG d’Aleph Farms déclare : « En tant qu’écologiste engagé, nous souhaitons la bienvenue à Leonardo DiCaprio au sein de notre conseil consultatif et de notre famille d’investisseurs de premier plan. Notre équipe s’est engagée à améliorer la durabilité de nos systèmes alimentaires mondiaux et nous sommes ravis que Leo partage notre vision. »

Selon une étude indépendante sur l’analyse du cycle de vie, la production de bœuf cultivé devrait réduire l’impact climatique de 92 %, la pollution atmosphérique de 93 %, utiliser 95 % de terres en moins et 78 % d’eau en moins par rapport à la production industrielle de bœuf. La production de bœuf cultivé offre la possibilité d’utiliser les terres inutilisées pour reconstituer des habitats, ce qui réduirait naturellement les émissions, ou pour produire davantage de nourriture pour la population. En outre, le processus automatisé de production de la viande cultivée et l’environnement stérile de sa fabrication élimineront l’utilisation d’antibiotiques et réduiront considérablement le risque d’agents pathogènes, de contaminants et de maladies d’origine alimentaire associés à l’élevage concentré et intensif.

Source : Yahoo Finance & Israël Valley

 

Partager :