Partager :

Les start-up françaises de la cybersécurité veulent changer de dimension.Les israéliens sont disposés à coopérer avec les firmes françaises. De plus en plus en plus d’initiatives voient le jour.

Selon Les Echos : « Les financements sont en progrès mais restent modestes. Plusieurs pépites nationales ont été rachetées (Sqreen, Alsid) par des groupes américains en 2021. L’Etat va débloquer 1 milliard d’euros pour accélérer la dynamique de l’écosystème.

L'un des freins majeurs au décollage de la cybersécurité en France réside dans sa complexité, les technologies sont souvent issues de la recherche fondamentale et peuvent mettre des années avant d'avoir une application industrielle.
L’un des freins majeurs au décollage de la cybersécurité en France réside dans sa complexité, les technologies sont souvent issues de la recherche fondamentale et peuvent mettre des années avant d’avoir une application industrielle. (iStock)
 

Une goutte d’eau dans un océan de liquidités. Alors que la French Tech pulvérise les records au niveau des levées de fonds, les start-up tricolores de cybersécurité restent en retrait, symbole d’un écosystème qui n’a pas encore donné sa pleine mesure.

Les 150 spécialistes du secteur ont récolté un peu plus de 100 millions d’euros auprès des investisseurs entre juin 2020 et juin 2021, dont près du tiers par DataDome, souligne une analyse récente de Wavestone. Leurs concurrents américains ont obtenu près de 7 milliards de dollars de financements sur la même période ! »

lesechos.fr

Les Echos.

Partager :