Partager :

L’organisation israélienne SpaceIL, qui se lance dans une deuxième mission sur la lune en 2024 après une tentative d’alunissage ratée il y a deux ans, a lancé un appel à propositions aux organisations spatiales du monde entier pour des expériences scientifiques qui pourraient être entreprises par la mission, baptisée Beresheet 2.

Les universités, les instituts de recherche et les entreprises du secteur spatial du monde entier auront jusqu’au 15 novembre pour soumettre leurs idées, alors que l’organisation se prépare à lancer la mission lunaire, a déclaré SpaceIL jeudi.

L’organisation a annoncé à la fin de l’année dernière que la mission Beresheet 2 viserait à battre plusieurs records dans l’histoire spatiale mondiale, notamment un double atterrissage sur la Lune en une seule mission par deux des plus petits engins d’atterrissage jamais lancés dans l’espace, pesant chacun 120 kilogrammes, dont la moitié de carburant.

Les alunisseurs seront lancés sur un vaisseau spatial en orbite, puis se détacheront pour entreprendre la deuxième partie de leur mission. L’un des alunisseurs tentera de se poser sur la face cachée de la Lune, ce que seule la Chine a réussi à faire jusqu’à présent, et le second engin spatial devrait se poser sur un site de la Lune qui n’a pas encore été déterminé.

Le vaisseau orbital, quant à lui, restera dans l’espace jusqu’à cinq ans et servira de plateforme pour des activités scientifiques éducatives en Israël et dans le monde entier grâce à une connexion à distance qui permettra aux étudiants de plusieurs pays de prendre part à des recherches scientifiques dans l’espace lointain, selon l’organisation.

SpaceIL a déclaré jeudi que les soumissions proposées peuvent porter sur divers domaines de recherche, notamment le sol lunaire, les conditions environnementales lunaires, l’astrobiologie et la production de nourriture et d’eau.

En juillet, l’organisation a levé 70 millions de dollars auprès d’investisseurs pour la deuxième mission, estimée à 100 millions de dollars. Le financement a été obtenu auprès d’un groupe d’entrepreneurs-philanthropes, comprenant le français Patrick Drahi, de la Fondation Patrick et Lina Drahi; le milliardaire sud-africain Morris Kahn et la Fondation Kahn, qui a également soutenu la première mission Beresheet ; et la Fondation Moshal Space, en partenariat avec Entrée Capital.

Schéma conceptuel de l’atterrisseur Beresheet 2, présenté aux médias le 9 décembre 2020. (Haim Zach/GPO)

Le premier engin spatial Beresheet s’est écrasé sur la surface de la Lune en avril 2019 lors de sa tentative d’alunissage sur le satellite de la Terre, anéantissant les espoirs de centaines d’ingénieurs qui avaient travaillé sur le projet pendant des années. Le vaisseau spatial a lancé avec succès la séquence d’atterrissage, mais à quelques kilomètres au-dessus de la surface de la lune, le moteur principal est tombé en panne, ce qui signifie que le vaisseau spatial n’a pas pu freiner correctement à temps pour amortir son alunissage.

Le premier vaisseau spatial a été budgété à 100 millions de dollars, une fraction du coût des véhicules lancés vers la lune par les grandes puissances que sont les États-Unis, la Russie et la Chine dans le passé. Il s’agissait d’une co-entreprise entre SpaceIL et Israel Aerospace Industries, financée presque entièrement par des dons privés de philanthropes juifs bien connus, notamment Kahn, Miriam et Sheldon Adelson, Lynn Schusterman et d’autres.

Kfir Damari de SpaceIL, de droite à gauche, Morris Kahn, Jonathan Weintraub, Yariv Bash, Amalia Zarka, Dafna Jackson, Angelina Drahi, Shimon Sarid et Aviad Eyal. (Sivan Faraj)

Le projet SpaceIL a été lancé en tant qu’entrée d’Israël dans le défi LunarX lancé par Google pour les groupes non gouvernementaux visant à faire atterrir un engin spatial sur la lune. Google a mis fin au concours en 2018 sans vainqueur, mais l’équipe israélienne a décidé de poursuivre ses efforts à titre privé.

À l’issue du tour de financement de Beresheet 2, un nouveau conseil d’administration a été nommé pour l’organisation, qui comprend les représentants des nouveaux donateurs. Morris Kahn a été nommé président du conseil d’administration aux côtés de nouveaux administrateurs : Angelina Drahi, présidente de la Fondation Patrick et Lina Drahi ; Amalia Zarka, directrice générale de la Fondation philanthropique Drahi ; Tal Granot-Goldstein, PDG de HOT Group ; Frank Melloul, PDG de i24news ; Aviad Eyal, associé directeur d’Entrée Capital et représentant de la Fondation spatiale Moshal ; et Dafna Jackson, PDG du bureau familial Kahn.

Des personnes regardent la diffusion en direct à Netanya, le 11 avril 2019, de la tentative d’alunissage de SpaceIL Beresheet. (AP/Ariel Schalit)

Ils ont rejoint les membres actuels du conseil d’administration, dont le professeur Isaac Ben-Israel, président de l’Agence spatiale israélienne et du Conseil national pour la recherche et le développement, Avi Hasson, ancien scientifique en chef au ministère de l’Économie, et Arie Halsband, entrepreneur dans le domaine de l’aviation et de l’aérospatiale.

« Le projet Beresheet est la mission de ma vie, j’ai donc décidé de le reprendre », a déclaré Kahn dans un communiqué à l’époque. « J’ai l’intention de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour renvoyer Israël sur la Lune, cette fois pour un double alunissage historique. En tant qu’entrepreneur, je crois qu’il faut constamment rechercher de nouveaux défis et même doubler le risque. Notre nouvelle mission à venir positionnera une fois de plus Israël comme un pionnier mondial, cette fois dans l’espace. »

SpaceIL, fondée par Yariv Bash, Yonatan Winetraub et Kfir Damari, est une organisation à but non lucratif qui s’efforce d’inspirer la prochaine génération de scientifiques, d’ingénieurs et de rêveurs par le biais de missions spatiales innovantes. L’organisation compte des centaines de bénévoles et, en plusieurs années de fonctionnement, a réussi à toucher plus de deux millions d’enfants, a indiqué la société.

Times of Israel ( Copyrights).

Partager :