Partager :

Une coalition de plus de 30 parlementaires de toute l’Europe et du Royaume-Uni a lancé aujourd’hui un appel mondial, avec le groupe non gouvernemental de défense des droits de l’homme UN Watch, basé à Genève, demandant instamment aux pays de se retirer de Durban IV, la prochaine commémoration par l’ONU d’une conférence sur le racisme de 2001 qui a été marquée par des manifestations virulentes d’antisémitisme. 

Le 22 septembre, la réunion de suivi de la conférence de Durban, du nom de la ville sud-africaine où s’est tenue la première édition en 2001, doit réunir les dirigeants du monde entier en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Invoquant des préoccupations liées à l’antisémitisme, de nombreux pays ont déjà annoncé qu’ils boycottaient ce qui est désormais connu sous le nom de “Durban IV”, notamment l’Autriche, l’Australie, le Canada, la République tchèque, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

“Nous nous félicitons de ces annonces et appelons par la présente tous les autres pays à les suivre”, ont déclaré les législateurs. “Nous rappelons que le processus de Durban, depuis son lancement lors de la Conférence mondiale contre le racisme de 2001 à Durban, en Afrique du Sud, a donné lieu à d’affreuses manifestations d’intolérance et d’antisémitisme.”

Les 35 parlementaires – originaires d’Autriche, de Croatie, de Finlande, de France, d’Italie, de Lettonie, des Pays-Bas, de Slovaquie, d’Espagne, de Suède, de Suisse et du Royaume-Uni – ont attiré l’attention sur “une recrudescence mondiale de la violence anti-juive et du langage incendiaire qui diabolise l’État juif comme étant particulièrement néfaste”, ce qui, selon eux, fait écho aux accusations de “génocide” et d’”apartheid” lancées en 2001 avant la conférence de Durban lors d’une réunion préparatoire de l’ONU à Téhéran.

“Nous demandons instamment à tous les États membres des Nations unies de ne pas légitimer cet événement”, ont déclaré les députés. Ils ont exprimé leur ferme soutien à la lutte contre le racisme “en dehors du processus entaché de Durban”, où les nations “doivent continuer à travailler pour combattre le racisme, le sectarisme et la discrimination raciale sous toutes ses formes et en tous lieux”.

En parallèle à l’appel parlementaire, UN Watch a lancé une nouvelle pétition et un site web appelant le Brésil, le Danemark, l’Italie, la Nouvelle-Zélande et d’autres pays à se retirer de Durban IV.

——————————————————–

Partager :