Partager :

La Banque européenne d’investissement (BEI) et BiondVax Pharmaceuticals Ltd. — la société pharmaceutique israélienne qui met au point un candidat vaccin universel contre la grippe baptisé M-001 — avaitentconclu un accord de prêt pour un montant de 20 millions d’EUR. C’était il y a quatre ans.

L’événement organisé en vue de marquer cette collaboration et l’octroi du prêt s’était tenu au siège de la BEI à Luxembourg, en présence de M. Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI en charge de l’innovation, et de M. Ron Babecoff, PDG de BiondVax.

LE PLUS. Les virus de la grippe ont pour particularité de muter fréquemment et de manière imprévisible. Du fait même de l’imprévisibilité de ces mutations, les vaccins de la grippe actuellement sur le marché risquent de cibler des souches non présentes dans le virus responsable de la vague de grippe du moment. L’inadéquation existante entre les vaccins et le virus explique, en grande partie, le faible taux d’efficacité des vaccins actuels contre la grippe, puisque celui-ci n’est que de 40 % environ[1] auprès de l’ensemble de la population et de 9 % seulement auprès des personnes âgées[2]. Qui plus est, il faut chaque année produire un nouveau vaccin et sa production requiert, à l’heure actuelle, entre quatre et six mois. Dès lors, s’il s’avère au début de la saison grippale que le vaccin n’est pas adapté au virus, le temps manque pour fabriquer un nouveau vaccin pour ladite saison.

Selon l’organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre annuel de décès liés à la grippe saisonnière s’élève à 500 000, dont la plupart concerne des personnes de plus de 65 ans[3]. La grippe saisonnière, qui figure au huitième rang des causes principales de décès aux États-Unis[4], engendre des charges sociales et économiques élevées pour les patients, leur famille et les prestataires de soins de santé.

Le candidat vaccin M-001 de BiondVax, qui se compose de neuf épitopes de la grippe largement conservés, a été mis au point en vue de protéger contre les souches actuelles et futures du virus de la grippe pandémique et saisonnière. Les essais cliniques et précliniques ont montré que le M-001 est sûr et immunogène et qu’il peut renforcer et étendre la couverture offerte par les vaccins actuels de la grippe. Ils ont aussi révélé que M-001 pourrait être meilleur que les vaccins existants contre la grippe saisonnière et constituer une réponse immédiate et efficace contre de nouvelles souches du virus de la grippe pandémique[5]. Le candidat vaccin a fait l’objet d’un essai clinique de phase IIb mené en collaboration avec le consortium UNISEC[6], qui est financé par l’Union européenne (UE) dans le cadre du 7e programme-cadre de recherche et de développement technologique.

Le soutien apporté par la BEI à la mise au point, par BiondVax, de son candidat vaccin universel contre la grippe s’inscrit dans le contexte de l’initiative Horizon 2020, le programme de recherche de l’UE et, plus particulièrement, du volet « Recherche sur les maladies infectieuses » du dispositif InnovFin (Financement européen de l’innovation), qui propose des produits sur mesure pour les projets de financement à haut risque dans le domaine des maladies infectieuses.

Carlos Moedas, commissaire européen chargé de la recherche, la science et l’innovation, a déclaré : « Une des priorités majeures de l’UE est de faire en sorte que la population soit en meilleure santé. Face au vieillissement de la population européenne, il est de plus en plus important d’empêcher les épidémies de grippe et d’y remédier. Compte tenu des mutations rapides du virus, nous nous devons de concevoir de nouveaux modes de lutte contre la maladie. Cet accord de prêt de 20 millions d’EUR contribuera à mettre au point un vaccin plus universel et plus efficace contre toute une gamme de variantes du virus de la grippe ».

M. Othmar Karas, membre du Parlement européen et rapporteur fictif du PPE pour l’extension du Fonds européen pour les investissements stratégiques à la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement, s’est exprimé en ces termes : « Les investissements conjoints permettront, à l’avenir, de bâtir des ponts solides entre les nations. La force du système d’innovation de l’Europe est de pouvoir coopérer avec les entités les plus innovantes des pays voisins. La collaboration annoncée ce jour représente une initiative importante pour encourager l’innovation entre l’Union européenne et nos voisins méditerranéens, ce dont nous nous réjouissons ».

« Soutenir l’innovation est une priorité absolue pour la Banque de l’Union européenne », a affirmé M. Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI. « Ce nouveau financement témoigne de notre détermination à mettre en place des conditions optimales pour que ces recherches cliniques puissent être menées à bien et donnent lieu à des résultats fructueux. La BEI est fière d’apporter son soutien à BiondVax, compte tenu de son haut niveau d’expertise et de ses recherches innovantes sur un vaccin universel contre la grippe. Nous espérons que ce financement novateur contribuera à améliorer la prévention de cette maladie ».

C’est dans le laboratoire du Pr Ruth Arnon, à l’Institut Weizmann des sciences, que la technologie qui sous-tend le candidat vaccin universel de BiondVax a été conçue. Le vice-président de l’Institut Weizmann pour les transferts de technologie, Pr Mordechai Sheves, a souligné ce qui suit : « Yeda, le département “Transferts technologiques” de l’Institut Weizmann des sciences s’est réjoui de l’intérêt porté par l’Union européenne à BiondVax, une entreprise fondée sur les travaux de pionnier du Pr Ruth Arnon. L’investissement généreux consenti par l’Union européenne ouvre la voie à la lutte contre l’une des maladies infectieuses les plus mortelles à l’heure actuelle et témoigne, une fois encore, du niveau d’excellence qui caractérise l’Institut Weizmann des sciences en matière de recherche fondamentale ».

M. Ron Babecoff, PDG de BiondVax, a précisé : « Nous disposons désormais des ressources nécessaires pour lancer les essais de phase 3 et mettre sur pied une unité de production commerciale de moyenne dimension. Le financement de la BEI représente un gigantesque pas en avant pour BiondVax sur la voie de la commercialisation du M-001. Nous sommes fiers et honorés que la BEI et la Commission européenne aient choisi de collaborer avec BiondVax aux fins du développement de notre vaccin universel contre la grippe. Grâce à cette collaboration, qui se conjugue au soutien apporté par le ministère israélien de l’économie, nous sommes plus proches que jamais de l’aboutissement de notre mission, à savoir mettre sur le marché le premier vaccin universel contre la grippe pour l’ensemble de la population mondiale ».

« Ce fut un plaisir de travailler avec les membres de l’équipe de la BEI à l’établissement de cette collaboration et je souhaite les remercier pour l’appui apporté et l’intérêt dont ils ont fait preuve. Nous avons aussi beaucoup apprécié l’assistance fournie par M. Holm Keller et par son équipe à la fondation kENUP » a poursuivi M. Babecoff.

kENUP, une organisation de la société civile qui œuvre en faveur des industries innovantes en Europe, a facilité la conclusion du contrat de financement entre BiondVax et la BEI. Le président de kENUP, M. Holm Keller, a fait observer que « [l]es investissements conséquents et judicieux de l’État d’Israël dans la recherche fondamentale constituent un catalyseur important pour l’établissement en Europe d’industries de pointe au niveau mondial. Nous sommes fiers d’assurer la liaison entre les institutions européennes compétentes et les principaux instituts de recherche israéliens ».

L’innovation et les compétences figurent parmi les ingrédients essentiels d’une croissance durable et créatrice d’emplois à haute valeur ajoutée. Elles jouent un rôle majeur pour stimuler la compétitivité à long terme. C’est pourquoi l’innovation et les compétences figurent aux premiers rangs des priorités du Groupe BEI, avec un financement total de 18,7 milliards d’EUR en 2016.

L’accord de financement sans effet de dilution qui a été conclu entre la BEI et BiondVax prendra la forme d’un prêt à taux zéro fixe, d’une durée maximale de 36 mois, avec une rémunération variable établie sur la base des redevances sur les ventes nettes du M-001 après sa commercialisation. Les fonds seront alloués en trois tranches, lesquelles seront disponibles respectivement dans un délai maximal de 12, 24 et 36 mois à compter de la date de conclusion de l’accord. Le versement des fonds sera subordonné à l’accomplissement de certaines étapes importantes, la dernière d’entre elles étant l’obtention de l’autorisation de lancer les essais de phase 3. Chaque tranche devra être remboursée dans les cinq ans qui suivent chaque prélèvement. BiondVax conserve la possibilité de rembourser le prêt et de racheter les redevances à tout moment.

Informations générales sur InnovFin – Financement européen de l’innovation

Dans le cadre de l’initiative Horizon 2020, le programme-cadre de l’UE pour la recherche et l’innovation couvrant la période 2014-2020, la Commission européenne et le Groupe Banque européenne d’investissement (BEI et FEI) ont lancé, en 2014, une nouvelle génération d’instruments financiers et de services de conseil en vue de faciliter l’accès des entreprises innovantes au crédit. Le dispositif « InnovFin – Financement européen de l’innovation » offrira, jusqu’en 2020, une série de produits sur mesure qui permettront de mettre à disposition plus de 24 milliards d’EUR de financements à l’appui de projets de recherche et d’innovation (R-I) menés par des entreprises de petite, moyenne et grande dimension et par les promoteurs d’infrastructures de recherche.

Les produits financiers InnovFin sont couverts par des fonds réservés à cette fin dans le cadre d’Horizon 2020 et par le Groupe BEI ; ils sont déployés à l’appui d’activités de R-I, qui sont, par nature, plus risquées et plus difficiles à évaluer que des investissements classiques, et pour lesquelles il est souvent difficile d’obtenir un financement. Les entreprises et autres entités situées dans les États membres de l’UE et dans les pays associés au titre de l’initiative Horizon 2020 sont admissibles en qualité de bénéficiaires finaux. Ces instruments de dette sont complétés par une série d’instruments participatifs gérés par le FEI.

Le mécanisme de financement de la recherche sur les maladies infectieuses permet d’offrir une large gamme de produits financiers allant des instruments de dette standard aux instruments avec partage des risques, d’un montant compris entre 7,5 millions d’EUR et 75 millions d’EUR, à des chercheurs œuvrant à la mise au point de vaccins, de médicaments ou d’appareils médicaux et de diagnostic innovants, ou à de nouvelles infrastructures de recherche spécialisées dans les maladies infectieuses. Les bénéficiaires finals sont des porteurs de projets qui ont franchi avec succès l’étape préclinique.


[1] Center for Disease Control (Centre de contrôle des maladies – CDC) : http://www.cdc.gov/flu/professionals/vaccination/effectiveness-studies.htm

[2] Organisation mondiale de la santé (OMS) : http://www.who.int/immunization/research/meetings_workshops/2a_Graham_pdvac_sept14.pdf

[3] OMS : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs211/fr/

[4] CDC : http://www.cdc.gov/nchs/fastats/deaths.htm

[5] Back to the Future: Study Published in Vaccine Journal Indicates BiondVax’s Universal Flu Vaccine Candidate May Cover Strains Which Don’t Yet Exist : http://www.biondvax.com/2017/01/back-to-the-future-study-published-in-vaccine-journal-indicates-biondvaxs-universal-flu-vaccine-candidate-may-cover-strains-which-dont-yet-exist/

[6] http://cordis.europa.eu/project/rcn/110139_fr.html

https://www.eib.org/fr/projects/regions/med/israel/index.htm

Partager :