Partager :

Le PDG du géant Pfizer, Albert Bourla, a déclaré dans une interview que la persistance de l’ancien Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a joué un rôle majeur dans l’obtention rapide des vaccins contre le coronavirus, assurant cependant être conscient que cela faisait partie de sa stratégie politique.

A. Bourla a expliqué au Financial Times comment Israël a été choisi pour examiner en temps réel, l’efficacité du vaccin sur la population, en échange de l’approvisionnement en doses.

Le chef du géant pharmaceutique a déclaré que l’État juif était une petite nation dotée d’un bon système de collecte de données. La Grèce avait été envisagée, mais la tenue des dossiers médicaux électroniques était insuffisante et l’option de la Suède a été éliminée, craignant que d’autres pays de l’Union européenne ne comprennent pas ce choix.

Le patron de Pfizer a déclaré qu’un facteur clé dans le choix d’Israël a été la persistance de B. Netanyahou. Mais Albert Bourla a affirmé être conscient qu’il était dans l’intérêt politique du chef du Likoud d’être considéré comme celui ayant fait sortir le pays de la pandémie avant les élections. 

« Ce qui est clair c’est que Bibi était au-dessus de tout, il savait tout », a déclaré A. Bourla. « Il m’a appelé 30 fois en me demandant : ‘Et les jeunes ?’. . . que prévoyez-vous à propos du variant sud-africain ?’ Je suis sûr qu’il le faisait pour son peuple, mais je suis aussi sûr qu’il se disait: ‘Cela pourrait m’aider politiquement parlant' ».

Les doses de vaccin sont arrivées en Israël en décembre. Le pays a annoncé en janvier avoir conclu un accord avec Pfizer, promettant de partager les données médicales.

Plus de 5.8 millions de personnes ont reçu la première dose du vaccin en Israël et plus de 800.000 les trois doses.

Les plus de 50 ans peuvent désormais recevoir la 3e dose afin de renforcer leur immunité face au variant Delta très contagieux.

i24News (Copyrights).

Partager :