Partager :

Jacques Bendelac (Tel-Aviv). Tour d’horizon des gagnants de la crise des douze derniers mois en Israël. (JB)

A. Les fabricants d’agroalimentaire : dès le premier confinement, les Israéliens se sont rués sur les supermarchés restés ouverts et ont stocké des produits alimentaires.

Entre février 2020 et février 2021, les ventes de produits alimentaires ont bondi de 8,4%. Et encore, ce chiffre n’est qu’une moyenne : en mars 2020, premier mois de la pandémie, les ventes d’alimentation ont fait un bond de 40%.

Tous les producteurs israéliens ont profité de l’engouement des Israéliens pour les produits alimentaires, frais ou industriels, pour améliorer leurs marges : Tnouva, Strauss, Unilever, Coca-Cola, Osem, etc.

B. Les startups israéliennes : le secteur de la haute technologie a bien résisté à la pandémie et, dans certains domaines particuliers, les startups y ont même gagné.

En 2020, les startups ont réussi à lever environ 10 milliards de dollars d’investissement, soit davantage que les 8 milliards récoltés en 2019.

Les branches de la technologie israélienne qui ont particulièrement prospéré durant la pandémie sont la santé, la cybersécurité, le télétravail, les plateformes digitales, le paiement numérique, etc.

C. Les diamantaires : la production de diamants taillés est une activité importante de l’industrie israélienne qui ne semble pas avoir souffert de la pandémie.

En 2020, les exportations de diamants taillés ont fait un bond de 24,7% par rapport à l’année précédente ; la bonne tenue de l’industrie du diamant a permis de « sauver » les exportations israéliennes et d’atténuer la baisse du produit national.

frblogs.timesofisrael.com

 

Partager :