Partager :

Shalio Julio, fondateur et directeur de la société israélienne qui exploite le logiciel Pegasus qui sert d’outil de surveillance gouvernementale, a rejeté dans une interview sur 103FM les allégations publiées contre la société. « Nous avons bloqué le système des pays dont nous savions qu’ils en abusaient.

Shalio Julio, fondateur et directeur de la société israélienne qui exploite le logiciel Pegasus qui sert d’outil de surveillance gouvernementale, a réfuté dans une interview sur 103FM les allégations publiées contre la société. Il a réfuté les allégations selon lesquelles il aurait tenu des listes de dizaines de milliers de numéros de téléphonique ciblés par le gouvernement et a déclaré qu’il « dormait tranquillement ».

« La plate-forme que nous produisons est une plate-forme de sécurité qui empêche les attaques et sauve des vies et cela doit bien être compris », a déclaré Julio. « Une enquête a été publiée qui a commencé par une énorme annonce d’une énorme fuite de 50 000 documents que même le Washington Post a publié dans une enquête sauf que personne  ne sait  où se trouve vraiment la liste en question, quels sont les données et qui a mis les données sur la liste . » Il a souligné que « la liste n’a aucun rapport avec le NSO. Le NSO n’a pas de liste de cibles ».

En réponse à la question sur quels critères le logiciel est vendu et quels pays, Julio a répondu que le choix se fait « pour des besoin d’enquête « . » Il a déclaré que « nous ne vendons qu’aux gouvernements, pas aux entités privées, la deuxième décision était que nous ne vendrions pas à tous les gouvernements , parce que certains gouvernements ne devraient pas avoir de tels outils. » Il a dit : « Depuis 11 ans, nous travaillons avec 45 pays et nous avons refusé de travailler avec près de 90 pays. »

Julio a souligné que la société prend au sérieux les allégations portées contre elle, mais s’est opposée à la couverture médiatique et aux échos qui, selon lui, sont une offense volontaire par rapport à la réalité. « C’est difficile de lutter contre l’énorme vague de médias. C’est comme éteindre un incendie avec un seau d’eau. Nous prenons ces allégations au sérieux et nous avons été en contact avec tous les médias et certains ont réalisé que leur enquête n’est pas basée sur des éléments réels et n’avait pas pris le soin de prendre contact avec nous. Nous allons intenter des poursuites en diffamation. «

Il a refusé de citer les pays dans lesquels le système a été vendu, ajoutant que dans le cas du meurtre du journaliste Jamal Khushkji, le logiciel n’a pas été utilisé. « Nous ne dirons pas à qui nous avons vendu et à qui nous ne l’avons pas fait », a-t-il déclaré. « Nous avons examiné le problème Khushkji, il n’y avait aucune utilisation de notre outil, ni sur lui ni sur sa famille. Tout cela n’est tout simplement pas vrai. Nous le répétons encore et encore. »

« Il y avait des gouvernements auxquels nous avons vendu dans le passé et nous avons découvert qu’ils avaient abusé du système et leur système a été fermé. Nous l’avons publié dans le rapport de transparence », a déclaré Julio. Sur le cyber, plus que l’Europe il y a des restrictions spécifiques sur qui vend et comment vendre et quelles restrictions sont imposées sur les produits.

« Nos outils ont permis de prévenir les attaques terroristes en Europe ces dernières années et d’éviter à des dizaines de milliers de victimes les attaques du métro d’une capitale européenne, qui ont été évitées quelques minutes avant l’attaque. Et nous avons évité une attaque d’un camion piégé est en route pour un grand spectacle. Tout cela a été évité par les outils de la NSO Corporation. »

Le Monde (Copyrights)

 

Partager :