Partager :
L’ONU a condamné mercredi lors du vote d’une résolution, pour la 29e fois et à nouveau avec une écrasante majorité, l’embargo économique imposé par les États-Unis à Cuba depuis six décennies, seuls Washington et Israël votant contre.

Pour la 29e fois, l’Organisation des Nations Unies a voté une résolution contre l’embargo économique imposé par les États-Unis à Cuba. Cette condamnation est annuelle à l’ONU depuis 1992. L’an dernier, il n’y avait pas eu de vote à cause de la pandémie de Covid-19.

Sur 193 membres des Nations unies, 184 pays ont voté pour cette condamnation et trois pays se sont abstenus : le Brésil, la Colombie et l’Ukraine. Les États-Unis ne se sont abstenus qu’une fois, en 2016, après un rapprochement opéré par l’administration du démocrate Barack Obama.

Marche arrière de Trump

Les deux pays ont rétabli leurs relations en 2015. Mais l’ex-président républicain Donald Trump a inversé ce rapprochement historique : il a de nouveau qualifié le pays communiste d’État lié au terrorisme et a imposé près de 250 nouvelles sanctions qui ont provoqué une crise de l’énergie et du carburant, restreint les déplacements des touristes américains et limité l’envoi de fonds des Cubano-Américains à leurs proches à Cuba.

À ce jour, le président démocrate Joe Biden, qui avait participé au rapprochement avec Cuba en tant que vice-président auprès de Barack Obama, n’a annulé aucune des sanctions imposées par Donald Trump, depuis son arrivée en janvier à la Maison Blanche.

Lors du dernier vote, en novembre 2019, les États-Unis, Israël et pour la première fois le Brésil dirigé par Jair Bolsonaro, avaient voté contre. La Colombie, dont le président Ivan Duque était un grand allié de l’administration de Donald Trump s’était abstenu.

Aucun effet sur le régime cubain

L’embargo américain, imposé il y a 59 ans et durci à plusieurs reprises, n’a pas eu pour conséquence de mettre un terme au régime communiste cubain. Cuba assure que depuis que le président John Kennedy a imposé un embargo économique sur Cuba en février 1962, au milieu de la Guerre froide, les répercussions pour l’économie cubaine se chiffrent en dizaines de milliards de dollars perdus. L’embargo sur Cuba est imposé via une loi américaine et seul le Congrès américain peut y mettre fin.

www.sudouest.f

Partager :