Partager :

Le défilé de la gay pride de Jérusalem s’est déroulé sous haute sécurité, les médias israéliens estimant le nombre de participants à quelque 7 500. Israelvalley a constaté (nous étions à Jérusalem) que de nombreux gays et lesbiennes parlaient parfaitement le français. Des centaines d’immigrants venant de France (ils ont émigrés récemment) ont participé pour la première fois à cet évènement majeur dans le calendrier LGBT.

Un correspondant d’IsraelValley sera présent à la Gay Pride Tel-Aviv qui se déroulera très bientôt (week-end prochain).

Selon le Times of Israel : « De nombreuses rues du centre-ville de la capitale ont été fermées pour l’évènement, des milliers de policiers sécurisant le parcours du défilé.

L’événement exigeant l’égalité pour les LGBT a commencé par une cérémonie de prière en mémoire à Shira Banki, qui a été poignardée à mort par un extrémiste ultra-orthodoxe lors du défilé de 2015, alors qu’elle avait 16 ans t qu’il venait de sortir de prison après 10 ans pour un crime similaire.

Le défilé n’a pas eu lieu l’année dernière en raison de la pandémie de COVID-19, et cette année, les organisateurs ont déclaré qu’il n’y aurait pas d’événement de masse au parc de l’indépendance pour conclure l’événement.

Dans une ambiance festive, la foule de la Gay Pride a déferlé dans les rues de la ville en brandissant des pancartes sur lesquelles ont pouvait lire « Révolution Queer ». Les quelques contre-manifestants de l’organisation d’extrême droite Lehava ont vite été absorbés par son flux.

Pour Netta Weiss, une participante de 26 ans, à Jérusalem la Gay Pride est vraiment proche de son « sens original de protestation ».

« Tant que nous aurons besoin d’autant de sécurité et que je serai obligée de cacher mon drapeau en chemin parce que j’ai peur d’être poignardée (…) cela montre à quel point le problème restera grave », a-t-elle confié à l’AFP.

Cette Gay Pride, l’une des premières ayant eu lieu dans le pays cette année, a pu être organisée grâce à une campagne de vaccination déployée rapidement à travers le pays contre le coronavirus.

En 2020, comme dans de nombreux autres pays, les Marches des Fiertés avaient été annulées en Israël – notamment celle de Tel-Aviv, l’une des plus célèbres au monde – afin d’éviter la propagation du virus ».

 

Partager :