Partager :

SPECIAL ISRAELVALLEY. Bella Hadid, qui se revendique comme musulmane, égérie du maquillage Dior, est sur la sellette. La TV israélienne (12) en a longuement parlé dans son journal télévisé. Le mannequin de 24 ans a participé à une manifestation de soutien en faveur de la Palestine, le dimanche 16 mai, à New York. Une prise de position largement documentée sur les réseaux sociaux, et fustigée par l’État hébreu. Bella Hadid n’a pas été «banni de Dior». C’est un fait.

En février 2018, Sidney Toledano a été nommé Président-directeur général de LVMH Fashion Group, un pôle qui regroupe plusieurs marques prestigieuses (Celine, Givenchy, Loewe, Emilio Pucci, Kenzo, Marc Jacobs, Rossimoda, Patou). Il est membre du Comité Exécutif de LVMH. La télévision israélienne a parlé de Sidney Toledano qui est très pro-Israël. Ce dernier n’a pas fait de commentaires sur le dossier Bella Hadid.

Le Figaro : « Bella Hadid, fidèle aux origines de son père Mohamed, né à Nazareth avant de s’installer aux États-Unis, a décidé de prendre officiellement position en faveur de la Palestine. La jeune femme scandait : «De la rivière à la mer, la Palestine sera libre».

IsraelValley reprend un article (extrait corrigé, afin d’éviter des poursuites juridiques) de ancre-magazine.com : « La fin de la semaine dernière aux alentours de minuit, le hashtag #Dior était en trending topic sur Twitter. La raison : une folle rumeur qui tend à faire croire que Dior aurait décidé de rompre ses contrats avec la mannequin Bella Hadid suite à sa prise de position pour la Palestine.

Une rumeur complètement infondée qui part d’un tweet d’un anonyme sur le réseau social. “Le fait que Bella Hadid soit réduite au silence, que ses offres de marque lui aient été retirées, y compris sa marque Dior et l’adresse de sa famille, est été révélée uniquement parce qu’elle protestait pour la Palestine m’a vraiment mis en colère ce matin.”, écrit l’internaute @albayeezus, sans ne nommer aucune source.

Un tweet repris plus de 41 000 fois et qui est à l’origine de la montée de la rumeur sur Twitter.

L’internaute, sans jamais supprimer son tweet de départ, viendra ensuite reformuler ses dires. Assurant qu’il aurait du écrire : “elle aurait peut-être perdu ses contrats”. Sans encore une fois, supprimer son premier tweet le plus viralisé, versus sa correction.

Il réitéra ses doutes dans un second tweet : “tout le monde dit que je suis un menteur. Tout d’abord, j’ai tweeté quelque chose que j’ai lu. Vous agissez tous comme si vous ne faisiez jamais ça un jour de votre vie. Arrêtez d’être un hypocrite et concentrez-vous davantage sur des situations graves, autres qu’une entreprise milliardaire perdant des clients”. Ni Dior ni Bella Hadid n’ont pour l’instant réagit.

UPDATE du 21 mai – 19h55: Le média Diet Prada confirme que Dior n’a pas cessé sa relation avec Bella Hadid citant plusieurs sources au sein de LVMH qui ont témoigné de manière anonyme. “La position de LVMH sur la politique est neutre, et les contrats de Bella n’ont pas été annulés“, a déclaré une source.

Bella Hadid est très engagée dans le conflit Israélo-Palestinien. La jeune femme a notamment participé à une manifestation à New-york pour dénoncer les attaques envers la Palestine.

Une mobilisation qui est remontée jusqu’à Israël, les poussant même à s’adresser à la mannequin sur Twitter, depuis le compte officiel @israel : “Quand des célébrités comme Bella Hadid militent pour jeter des juifs à la mer, elles prônent l’élimination de l’État juif. Cela ne devrait pas être une question israélo-palestinienne. Cela devrait être une question humaine. Honte à vous”, peut-on lire sur ce tweet.

Récemment Dua Lipa, Gigi Hadid et Bella Hadid ont été ciblées pour leur soutien à la Palestine dans le New York Times. »

 

Partager :