Partager :

Très peu de gens le savent. Ci-dessous les lois palestiniennes, que l’ONU a jugées problématiques pour les femmes, sont réelles et semblent ne pas trop gêner les partisans des palestiniens :

Viol conjugal: Le viol conjugal n’est pas criminalisé.

Avortement pour les victimes de viol: L’avortement est interdit en Cisjordanie par le Code pénal jordanien (articles 321 à 325) et à Gaza par le Code pénal de 1936 (articles 175 à 177).

Harcèlement sexuel sur le lieu de travail: Le harcèlement sexuel n’est pas incriminé par le Code du travail.

Crimes d’honneur: atténuation des sanctions Les lois autorisant la réduction des sanctions pour les crimes d ‘«honneur» ont été abrogées en 2011 et 2018 en Cisjordanie. Cependant, le gouvernement de Gaza n’a pas appliqué les réformes.

Adultère: L’adultère est un délit à Gaza et en Cisjordanie. En Cisjordanie, l’article 282 du Code pénal incrimine l’adultère

Traite des êtres humains: la Palestine ne dispose pas d’une législation anti-traite complète. Certaines dispositions du Code pénal de Jordanie s’appliquent au trafic en Cisjordanie.

Lois sur le travail du sexe et la lutte contre la prostitution: la prostitution est interdite par les articles 309 à 318 du Code pénal en Cisjordanie et les articles 161 à 166 du Code pénal de 1936 à Gaza.

Orientation sexuelle: les comportements homosexuels entre adultes consentants sont criminalisés par le Code pénal de 1936 à Gaza, avec une peine pouvant aller jusqu’à dix ans d’emprisonnement. Le Code pénal de 1960 en Cisjordanie n’a pas d’interdiction similaire.

Mariage et divorce: les lois sur le statut personnel des musulmans exigent que le mari entretienne sa femme. Une femme doit obéissance à son mari. Un mari peut divorcer par répudiation (talaq). Une femme a le droit de divorcer pour des motifs précis. Elle peut également demander un divorce khul’a sans motif si elle renonce à ses droits financiers.

Tutelle masculine sur les femmes: Les femmes musulmanes ont besoin du consentement d’un wali (tuteur masculin) pour se marier. Il existe des protections juridiques faibles pour les femmes sous tutelle. Les femmes peuvent demander au tribunal l’autorisation de se marier si le tuteur refuse leur consentement sans motif légitime.

Âge minimum du mariage: Les lois musulmanes sur le statut personnel fixent l’âge légal minimum du mariage à 15 ans pour les filles et 16 ans pour les garçons en Cisjordanie, et 17 ans pour les filles et 18 ans pour les garçons dans la bande de Gaza. Les âges peuvent être inférieurs si un juge le permet (avec l’approbation d’un tuteur dans le cas de la fille).

Tutelle des enfants: les pères sont les seuls tuteurs des enfants.

Garde des enfants:Après le divorce, la mère a la garde jusqu’à un certain âge, mais perd automatiquement la garde de ses enfants si elle se remarie. Héritage Les règles d’héritage de la charia s’appliquent aux musulmans. Les femmes ont droit à l’héritage, mais dans de nombreux cas, elles reçoivent moins que les hommes. Les filles reçoivent la moitié de la part que les fils reçoivent.

Polygamie: La polygamie est autorisée.

Restrictions légales sur le travail des femmes: Certaines restrictions légales existent sur l’emploi des femmes dans certaines industries qui ne s’appliquent pas aux hommes, comme l’exploitation minière.

 

Partager :