Partager :

EDITORIAL. JACQUES BENILLOUCHE (Extraits). Il n’est pas nécessaire de constituer une commission d’enquête pour le drame de Meron car les faits sont totalement établis, filmés par plusieurs médias neutres.

Dans une démocratie occidentale, après des évènements aussi dramatiques, le ministre de la Sécurité intérieure, le chef de la police et le ministre de l’Intérieur auraient depuis longtemps démissionné pour négligence.

D’ailleurs la population ne s’est pas trompée, le premier ministre, qui s’est rendu sur les lieux de la bousculade, a été hué par des proches des 45 victimes. Des manifestants lui ont lancé des bouteilles vides et l’ont insulté.

Alors que durant le confinement, la police a été implacable contre les citoyens non respectueux des mesures sanitaires, allant jusqu’à distribuer de nombreux procès-verbaux, elle a fait preuve d’une évidente permissivité en faveur des religieux orthodoxes.

En fait, ce sont les politiques qui sont coupables et non la police qui obéit aux ordres du pouvoir civil.  Avant l’accès même à Meron, elle aurait pu bloquer les routes qui mènent au site religieux.

Mais le gouvernement, en pleine discussion pour une nouvelle coalition ne pouvait pas se permettre de se couper des religieux orthodoxes qui font la loi depuis plusieurs années.

La sécurité à Meron a été bradée lorsque l’on a laissé entrer tout le monde, dans un passage étroit en forme de tunnel, pour ensuite descendre des escaliers métalliques glissants. Ce n’est pas la première fois que les orthodoxes bravent la sécurité. On se souvient des trois obsèques de rabbins vaincus par le coronavirus, en pleine crise du covid non encore enrayée, avec des foules non masquées de plus de 5.000 fidèles suivant le corbillard.

Le gouvernement, dans sa bonté religieuse, avait autorisé 10.000 personnes à se rendre sur la tombe du rabbin Shimon Bar Yohaï, un sage talmudique du deuxième siècle. Déjà ce chiffre était inadmissible et trop important eu égard à l’étroitesse des lieux. La police avait encore le temps de réduire les risques lorsque les organisateurs avaient affrété plus de 650 bus pour amener 390.000 pèlerins à Meron quand le site pouvait accueillir moins de 10.000 personnes. Les 5.000 policiers mobilisés pour assurer la sécurité du site avaient reçu des ordres pour ne pas s’opposer aux orthodoxes.

https://benillouche.blogspot.com

A Savoir. Du rédacteur en Chef d’IsraelValley. Le contenu du texte original publié par le blog est explosif. IsraelValley préfère attendre les résultats d’une enquête qui ne va pas manquer de décrire les incroyables négligences.

Partager :