Partager :

« A l’armée je ne suis pas autiste, je suis un soldat », Ziv, 21 ans, répare des appareils électroniques très sophistiqués destinés aux combattants…. 400 filles et garçons autistes servent dans les rangs de Tsahal dans 21 bases du pays, souvent affectés à des missions sensibles et très éminentes. (N.S.O.)

L’Unité spéciale des Renseignements 9900 se consacre à la géographie, à la cartographie, à l’interprétation de photographies aériennes ou satellites et à la recherche spatiale. Dans cette unité, il existe une petite division de soldats hautement qualifiés qui ont des capacités visuelles et analytiques remarquables. Ils peuvent remarquer les plus petits détails que la plupart des gens ne détectent pas.

Le côté unique de ce groupe d’élite de soldats des Renseignements réside dans le fait qu’ils souffrent tous d’autisme. Nous avons interrogé le colonel J., commandant de l’Unité 9900, afin d’en apprendre plus sur ce groupe extraordinaire de soldats.

PREMIÈRE FOIS DANS L’HISTOIRE

“Après de nombreux doutes et attentes, le projet a vu le jour après un long processus de plus d’un an. Nous avons rencontré beaucoup d’obstacles. Je tiens à dire que nous avons commencé avec la certitude que ce projet irait à sa fin”, raconte le colonel J. en confiant que son succès a dépassé les attentes optimistes de ses initiateurs. “Mes inquiétudes étaient compréhensibles puisque je ne savais rien à propos de l’autisme. Chaque chose que l’on faisait était réalisée pour la première fois dans l’histoire de Tsahal. Nous avons planifié, travaillé et sommes restés concentrés jusqu’à la réussite du projet.” (www.idf.il)

Partager :