Partager :

Talon, une start-up israélienne spécialisée dans la cybersécurité qui s’engage à résoudre les problèmes liés à la main-d’œuvre de l’ère pandémique, a levé 26 millions de dollars. Il s’agit du plus gros tour de table jamais réalisé en Israël, alors que Talon n’est qu’à quelques mois de la sortie d’un produit.

La startup, qui sort de la clandestinité dimanche, espère sécuriser la nouvelle répartition de la main-d’œuvre engendrée par le Covid-19, où de plus en plus de personnes travaillent à domicile et emportent des données hors des limites plus sécurisées des réseaux de leurs employeurs. L’idée de Talon est de prendre un appareil de travail – n’importe quel smartphone ou PC – et de séparer de manière transparente l’utilisation personnelle de l’utilisation professionnelle. Chaque application sera ainsi isolée d’une autre, mais Ofer Ben-Noon, cofondateur et PDG de Talon, est réticent à donner plus de détails sur cette technologie, de peur de donner un avantage à ses concurrents.

« En supposant qu’un [logiciel malveillant] ait été installé sur votre PC, il pourrait facilement s’introduire dans l’organisation ou suivre tout ce qui se passe sur votre appareil… les applications de logiciels-service, les cookies, tout ce que vous faites », explique Ofer Ben-Noon à Forbes. La solution, ajoute-t-il, consiste à séparer un appareil en deux environnements, afin de pouvoir « isoler tout ce qui se passe ».

Quoi qu’ils aient construit, Ben-Noon et son cofondateur Ohad Bobrov ont impressionné les investisseurs de Team8, une société d’investissement et de recherche de startups basée en Israël, et de Lightspeed Venture Partners.

Selon Ben-Noon, le financement servira à augmenter l’équipe d’environ 30 personnes et l’attrait de Talon réside en partie dans son équipe fondatrice, dont les deux membres ont supervisé des sorties importantes de startups précédentes. Ben-Noon a cofondé Argus Cybersecurity, qui promettait de protéger les voitures contre les cyberattaques et affirme aujourd’hui que sa technologie protégera bientôt jusqu’à 50 millions de voitures sur la route. Elle a été vendue à Continental pour près de 500 millions de dollars. Bobrov a participé à la création de Lacoon Mobile Security, une entreprise de cybersécurité axée sur les smartphones qui a été vendue à l’une des plus grandes entreprises technologiques d’Israël, Check Point, en 2015 pour 100 millions de dollars.

Ben-Noon et Bobrov ont tous deux servi dans l’unité de renseignement israélienne 8200, célèbre non seulement pour sa surveillance des réseaux de communication à la manière de la NSA, mais aussi pour avoir formé bon nombre des entrepreneurs les plus prospères du pays.

Source : Forbes & Israël Valley

Partager :