Partager :

IsraelValley adresse ses condoléances à la famille de Jean Frydman qui a disparu ce week-end. Le rédacteur en Chef d’IsraelValley l’a connu lors de l’écriture d’un livre « Le modèle L’Oréal. Les stratégies clés d’une multinationale française ». Jean Frydman était franco-israélien. Nous l’avions interrogé sur le contenu d’un livre de Michel Bar Zohar : « Une histoire sans fard. L’Oréal, des années sombres au boycott arabe » (Fayard).

RABIN. Jean Frydman est mort à l’âge de 95 ans dans la nuit de samedi à dimanche à son domicile de Savyon. Il a été l’un des organisateurs de la manifestation pour la paix de Tel-Aviv à l’issue de laquelle le Premier ministre Yitzhak Rabin avait été assassiné en 1995.

RESISTANCE. Jean Frydman s’était engagé très jeune dans la Résistance pendant l’occupation allemande et était parvenu plusieurs fois à réchapper à la mort. Jean Frydman a été un proche du grand-père d’Anne Sinclair. Arrêté par la Gestapo en 1944, il sera déporté dans l’un des derniers convois vers Buchenwald, mais il parviendra à s’échapper.

Jean-François Perigot qui a réalisé une série d’entretiens avec Jean Frydman : « Jean Frydman s’était engagé très jeune dans la Résistance pendant l’occupation allemande et était parvenu plusieurs fois à réchapper à la mort. « En 1940, il n’a que quinze ans lorsqu’il décide de rejoindre la France Libre en passant par l’Espagne ». Ensuite il devient actif dans le sud de la France pour le mouvement de résistance Franc-Tireur. « Quand il apprend qu’une grande rafle se prépare à Paris durant l’été 1942, il regagne la capitale où il réussit à avertir ses parents » et « sa famille échappe à la rafle du Vel’ d’Hiv », raconte M. Perigot. Il est arrêté par la Gestapo en 1944 et est condamné à mort. « Il attend chaque matin qu’on vienne le chercher pour l’exécuter » mais « »il échappe au peloton d’exécution ».

EUROPE1. Après-guerre, Jean Frydman rentre à Paris et fréquente Saint-Germain-des-Prés. Et commence une nouvelle vie dans le monde des médias. Entre 1957 et 1962, il fait partie des premiers dirigeants d’Europe 1. Il y crée l’émission « Salut les copains ».

L’OREAL. Quelques années plus tard, Jean Frydman crée la société de production de films Paravision, une filiale de L’Oréal spécialisée dans l’audiovisuel. A la fin des années 1980, il révèle le passé trouble d’André Bettencourt sous l’Occupation. Le père de Liliane Bettencourt est contraint de se retirer des affaires.

L’affaire avait débuté avec le boycott par les pays arabes en 1988 des produits de L’Oréal, qui était sur le point de racheter Elena Rubinstein. Jean Frydman avait alors été évincé de son poste d’administrateur de Paravision, une filiale de l’Oréal spécialisée dans l’audiovisuel, et il avait estimé que, parce qu’il était juif, ce limogeage constituait un gage inadmissible donné aux pays arabes.

ISRAËL. L’ami du couple Strauss-Kahn-Sinclair, « qui a toujours conseillé Anne avec bienveillance », selon un proche, a également joué un rôle politique en Israël. Il a notamment conseillé Yitzhak Rabin et Ehoud Barak et codirigé la campagne électorale de Shimon Peres en 1980.

PATRIOTE. L’ex-Député et historien M. Bar Zohar, qui connaissait Jean Frydman : « C’était un ami très cher… il a eu une place incroyable dans l’histoire de France et dans celle d’Israël… il avait une connexion profonde avec Israël et était un grand patriote israélien car il avait la double nationalité ». Jean Frydman vivait en Israël depuis 40 ans.

BRUEL. « C’est un Patrick Bruel bouleversé qui s’est emparé de son compte Instagram ce 14 mars pour faire part de sa douleur à l’heure de la disparition de l’une des grandes figures paternelles de sa vie. C’est avec le coeur lourd et un beau portrait en noir et blanc que le chanteur Patrick Bruel est apparu ce dimanche 14 mars sur Instagram. En légende du cliché sur lequel il apparaît avec un homme âgé et souriant, il écrit : « Tu as tellement compté… Merci mon copain. Immense tristesse… » C’est ainsi que le chanteur a donc choisi d’annoncer le décès de Jean Frydman ».

GISCARD. « Après sa défaite, sonné, Giscard s’invite dans le ranch que possède dans les Rocheuses canadiennes l’homme d’affaires Jean Frydman. « C’est rustique, il n’y a pas de service », l’avertit ce dernier. « Je ne sais pas cuisiner mais je peux faire la vaisselle », insiste Giscard. Au cours du séjour de… six semaines, dans leurs longues promenades à cheval, le battu ressasse auprès de son hôte son échec, paraît obsédé par l’idée de rétablir le jugement des Français à son endroit ».

Un article de D.R. basé sur des témoignages personnels et Médias en France et Israël.

Partager :